Martin et l’OPT font à nouveau jaser

Il est tout à fait normal que l’OPT achète des biens immobiliers. Elle le fait depuis des années et l’augmentation de son personnel l’oblige à s’agrandir en conséquence. En revanche, lorsque l’Office des postes et des télécommunications, toujours présidé par Harold Martin malgré sa mise en examen, acquiert des locaux sans mise en concurrence et sur la base d’une expertise privée au lieu de prendre en compte l’expertise du cadastre, il y a matière à s’interroger.

Une politique sans cohérence

En effet, cet achat d’un plateau entier au deuxième étage de l’immeuble « Le Fulton » d’une surface totale de 1 188 m2 et de 33 places de parking est évalué à un peu plus de 424 millions de francs pour des locaux livrés « brut de décoffrage ». Combien faudra-t-il rajouter pour les aménager ? Entre 200 et 300 millions selon des spécialistes. Même si l’OPT a sans doute les moyens, cela fait cher le bureau. En outre, le calcul de ce prix de vente laisse songeur.

Dans le projet de délibération du conseil d’administration de l’OPT (rapport de présentation n°11/2013), il est indiqué que « le ratio du prix de vente est alors de 357 387 francs/m2 ». Toutefois, ce document mentionne également d’autres informations importantes. « Au regard des transactions situées dans le même secteur géographique et pour les locaux d’une surface similaire, le service du domaine de la Nouvelle-Calédonie a estimé que la fourchette de prix s’établissait entre 230 000 et 250 000 francs/m2. »

La différence est donc pour le moins importante – plus de 120 000 francs/m2 – entre le prix d’achat de l’OPT et l’expertise du cadastre. Une hausse conséquente justifiée de quelle façon ? Compte tenu du niveau de qualité et de prestations fournies par les promoteurs de cet immeuble, en l’occurence Philippe Ettwiller et Denis Etournaud, il fallait faire appel à un cabinet privé – ADMEIB – qui a évalué le prix, lui, à 361 952 francs/m2. Donc légèrement supérieur au prix proposé à l’OPT. Il n’en fallait pas plus pour que le tour soit bien joué. Et les bureaux vides du Fulton enfin occupés.

Cette transaction résume à elle seule les choix pour le moins discutables de l’OPT dans ce registre immobilier. Sans grande cohérence, cette politique oscille entre l’achat et la location, sans que l’on puisse percevoir la moindre logique et surtout le souci de réaliser de bonnes affaires, notamment lorsque les temps austères s’annoncent. Par exemple, ils sont nombreux, au sein de l’Office, à se demander pourquoi un terrain de 1,4 hectare a été acheté à Dumbéa. Il a coûté très cher, on parle d’un milliard de francs, et pour l’instant, il ne sert à rien.

Un Leroux enquêteur ? 

Didier Leroux, si prompt à s’ériger en blanche colombe ou M. Propre de la politique calédonienne, va-t-il regarder de plus près cet achat à Ducos ? Sera-t-il aussi déterminé que pour l’affaire de la 3G qui a conduit à la première mise en examen de M. Martin ? Il est permis d’en douter car la grande union électorale symbolisée par la création du Front pour l’unité (FPU) ne semble guère propice à de nouvelles joutes entre l’homme d’affaires et le maire de Païta. De nouveau réunis sous une même bannière, on voit mal les deux hommes rallumer leurs vieilles querelles et leurs endémiques antagonismes.

Les syndicalistes de l’Office vont-ils prendre le relais et regarder de plus près cette très chère acquisition à Ducos ? Voire… Quoi qu’il en soit, le doute s’est tellement instauré sous la présidence de M. Martin qu’il est permis de s’interroger dans de nombreux domaines. Et pas seulement pour l’OPT…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s