La liberté de la presse dans de « Brot » draps

L’incendie du faré du Haut-commissariat n’est décidément pas un fait divers comme les autres. Et parce qu’il s’est déroulé dans l’enceinte immaculée du représentant de l’Etat et parce que Jean-Jacques Brot est allé jusqu’à déposer plainte contre un journaliste des Nouvelles. Une drôle d’affaire qui mérite toute notre attention

 

 

Dans notre édition du 6 décembre 2013, nous avions évoqué le feu du faré du Haut-commissariat en nous interrogeant, comme tout le monde, sur son origine, dans la mesure où aucune réception n’avait été organisée auparavant, cela réduisait considérablement les risques d’incendie accidentels consécutifs à un mégot lancé sur le toit. D’où de nombreuses questions et une enquête… Rien de très étonnant pour ce type de fait divers.

Des limites à ne pas franchir ?

 Toutefois, au sein de la rédaction des Nouvelles, un journaliste peut-être plus zélé que les autres a cherché à comprendre. Et sur la base d’une investigation sans doute bien menée, assortie de témoignages recueillis auprès des sapeurs-pompiers, des policiers et du personnel du Haut-commissariat, ses conclusions l’ont conduit à révéler que seule la famille de Jean-Jacques Brot était présente sur les lieux et qu’aucune intrusion n’avait été constatée. En outre, un mégot de cigarette pourrait être à l’origine de ce feu dans un lieu où le public ne peut pas aller.

Partant de là, en l’absence de court-circuit qui aurait pu expliquer le sinistre, des hypothèses cohérentes ont été échafaudées, d’autant qu’une enquête de police était en cours. Sans surprise, le journaliste du quotidien s’interrogeait donc sur l’implication éventuelle et accidentelle des personnes présentes au domicile du Haussaire. Mais comme le sujet s’est très vite révélé sensible, un peu comme si des journalistes enquêtaient sur le pouvoir en place dans un régime totalitaire, d’habiles – et fermes ? – interventions ont conduit au retrait de l’article publié brièvement sur le site Internet des Nouvelles.

Cependant, en plus de ce retrait, notre confrère Le Chien bleu nous apprend que M. Brot aurait jugé nécessaire de déposer plainte contre le journaliste du quotidien. Une plainte qui aurait été classée sans suite par des magistrats sans doute plus soucieux de la liberté de la presse que « le dépositaire des pouvoirs de la République ». Vous avez dit drôle d’épisode pour la presse calédonienne ? Il est effectivement permis de s’interroger. En quoi relater un fait divers qui s’est déroulé au Haut-commissariat et se poser de légitimes questions sur l’origine d’un incendie doit être considéré comme un délit ? L’information a-t-elle des limites à ne pas franchir lorsqu’elle se trouve dans les murs du Haussariat ? Le représentant de l’Etat disposerait-il d’une immunité ?

 Black-out de rigueur ?

 Bien évidemment, la liberté de la presse, reconnue comme fondamentale par le Conseil constitutionnel, doit être conciliée avec d’autres droits, comme le respect de la vie privée, mais dans cette affaire, le journaliste n’avait fait, de toute évidence, que son travail. Néanmoins, le sujet est pour nous assez grave et ne doit pas être passé sous silence.

La liberté de la presse doit pouvoir s’exercer en Nouvelle-Calédonie comme en Métropole, sans risquer d’être remise en cause par un retour à l’époque des gouverneurs. Il est essentiel pour les libertés publiques que les journalistes puissent exercer leur travail dans des conditions normales, sans craindre d’être injustement poursuivis dès lors qu’ils traitent d’un sujet concernant certaines personnalités. 

C’est pour cela qu’il faut être solidaire envers le journaliste des Nouvelles auquel on ne peut rien reprocher que d’avoir peut-être écrit un début de vérité qui dérange. D’ailleurs, plus personne ne parle désormais de cet incendie du faré du Haussariat. Comme si le black-out était de rigueur. Vous avez dit bizarre ?

Th. Squillario

Une réflexion sur “La liberté de la presse dans de « Brot » draps

  1. Pingback: Rétabli, le Haussaire poursuit ses jeux de maux | l'Eveil calédonien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s