Emplois d’avenir : la nouvelle guéguerre présente

En ce dernier jour du mois de janvier, le Front pour l’unité et Calédonie ensemble se sont livrés un nouveau duel par communiqués interposés. Motif de cette énième algarade : les emplois d’avenir prônés par le parti de Philippe Gomès mais cinglés par le FPU

 

Lors d’une conférence de presse ce matin, le Rassemblement et ses alliés n’ont pas lésiné sur les mots pour fustiger des emplois d’avenir comparés à des impôts futurs http://www.rassemblement.nc/actualites/139-emplois-d-avenir-impots-d-avenir « Philippe Gomès et Calédonie ensemble tentent une opération médiatique politicienne, un coup de bluff pour apparaître comme les seuls défenseurs de l’emploi des jeunes. C’est un mensonge de plus pour Philippe Gomès car l’Etat n’a accordé aucun financement pour ce dispositif en Nouvelle-Calédonie. Ces emplois d’avenir viendraient se surajouter au dispositif d’insertion par le travail déjà voté par le Congrès. » Et le Front pour l’unité de rajouter que le député de la seconde circonscription « essaye une nouvelle fois de nous imposer son idéologie socialiste, en particulier sur le sujet fiscal ».

A cette offensive matinale, Calédonie ensemble a répondu dans l’après-midi par le biais d’un communiqué cinglant http://caledonie-ensemble.com/emplois-davenir-retablissement-des-faits-suite-aux-declarations-mensongeres-du-rassemblement/, arguant que les emplois d’avenir ne relèvent pas d’une « idéologie socialiste ». Pour étayer son propos, le parti de Philippe Gomès cite trois noms : Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP, Lionnel Luca, député UMP, et Henri Guaino, député UMP et proche collaborateur de Nicolas Sarkozy, se demandant s’ils sont « devenus socialistes lorsqu’ils ont voté cette loi ? »

 Retour des PPIC 

Mais la vindicte du Front pour l’unité ne s’arrête pas là. « Il est permis de s’interroger sur la finalité de ces emplois d’avenir dans l’administration, compte tenu de l’affaire des PPIC accordés par Philippe Gomès en 2008 et 2009. Il ne faudrait pas que des soi-disant ‘‘emplois d’avenir’’ deviennent des ‘‘emplois politiques’’ financés par les impôts du contribuable calédonien. Nous ne voterons pas ce texte car : les derniers chiffres du chômage publiés en Métropole montrent l’inefficacité et les limites de ce dispositif socialiste, ce que François Hollande a lui-même reconnu ! Il est certain que ces contrats sans avenir constitueraient des impôts d’avenir pour les contribuables calédoniens ! »

De son côté, Calédonie ensemble estime « tout procès d’intention concernant les PPIC est parfaitement déplacé ». Et le parti des deux députés se pose une question : « Comment le Rassemblement ose-t-il se déclarer contre l’aide de l’Etat concernant les emplois d’avenir, quand il engage lui-même de nombreux PPIC ? »

Chiffres à l’appui – 450 jeunes sous contrat PPIC avec la Province sud – et – 640 millions de francs par an –, Calédonie ensemble annonce que « ces contrats étant au maximum de trois ans, ces 450 jeunes ont en totalité été embauchés durant l’actuelle mandature ! » Et il ajoute : « Le dispositif d’‘‘insertion par le travail’’ que vient d’adopter le Congrès ne poursuit nullement les mêmes objectifs que les emplois d’avenir. Ce dispositif permettra seulement l’accompagnement, chaque année, de 115 personnes de tous âges ‘‘très éloignées de l’emploi’’, et ce aux frais des contribuables calédoniens. »

Pour ceux qui en doutaient encore, la campagne est bel et bien lancée. Et elle s’annonce rude et féroce, avec des répliques quasiment en temps réel sur Internet.

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s