Martin-Backes : les limites de la rivalité politique

Harold Martin et Sonia Backes ou la préservation d'intérêts communs.

Harold Martin et Sonia Backes ou la préservation d’intérêts communs.

Proche du Rassemblement, membre du Front pour l’unité (FPU) Harold Martin devrait être quelques peu distant avec Sonia Backes (MPC) au sein du gouvernement. Mais il n’en est rien : le président et sa « ministre » préférée s’entendent à merveille 

 

Si Pierre Frogier et Gaël Yanno avaient la chance de se croiser au sein d’un gouvernement collégial, auraient-ils les mêmes relations courtoises et bienveillantes que celles observées depuis des mois maintenant entre Harold Martin et Sonia Backes ? Il est permis d’en douter, tant le président du RUMP déteste désormais le leader du MPC. Mais entre l’actuel président du gouvernement et sa « ministre », il en va donc tout autrement. Comme si la collégialité pouvait effacer les divergences et rendre très fréquentable un adversaire qui ne manquera pas, lors des municipales et des provinciales, d’être beaucoup plus virulent et critique.

En attendant, l’affaire Boiteux a confirmé combien les intérêts de M. Martin et de Mme Backes pouvaient être convergents. De l’avis même de certains collaborateurs au sein de l’exécutif, c’est un peu comme si la « ministre » était vice-présidente, tant elle semble plus en phase avec son président que Gilbert Tyuienon, le vice-président UC. C’est dire si la magie opère au gré des dossiers… Sans oublier cette faculté à se rendre tant de services, dont le dernier en date est bien évidemment la nomination du mari de la « ministre » à la tête de la direction de la Sécurité civile et de la Gestion des risques.

Chacun y trouve son intérêt

Bien évidemment, on peut comprendre que l’actuel président du gouvernement, doublement mis en examen, ait besoin d’un maximum de soutiens dans son équipe. On peut comprendre également qu’il ait plus d’atomes crochus avec Mme Backes qu’avec les trois membres Calédonie ensemble de son exécutif. Toutefois, on est en droit de se poser moult questions sur la réalité de cette proximité : sur quoi repose-t-elle ? Est-elle sincère ou circonstancielle ? Appelle-t-elle de futurs rapprochements électoraux ?

Il est encore trop tôt pour apporter des réponses précises à ces vastes interrogations. En revanche, on peut déjà penser que chacun y trouve son intérêt. M. Martin parce qu’il reste vulnérable et cherche des appuis ; Mme Backes parce qu’elle conserve des responsabilités qu’elle doit davantage au Rassemblement qu’au MPC. Lorsque la « ministre » ira faire campagne à Païta pour soutenir Louisa Brehe, nous écouterons avec intérêt tout ce qu’elle a à dire sur le maire sortant et surtout à lui reprocher. Nul doute que l’ambiance sera plus tendue. A moins que Mme Backes se taise…

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s