Corps électoral : quelques rappels salutaires

CorpsElectoralLes 6 720 cas dénoncés par Roch Wamytan sur la liste spéciale des provinciales ravivent la vieille polémique sur le gel du corps électoral. Sur les réseaux sociaux notamment, il arrive de lire tout et surtout s’importe quoi. Voilà pourquoi il est nécessaire de rappeler certaines réalités...

 

« Les Calédoniens ont approuvé l’Accord de Nouméa  en 1998 avec un corps électoral glissant de dix ans. Et certains ont décidé de changer cette règle sans rien demander aux mêmes Calédoniens. » Voilà en résumé le début d’argumentation de tous ceux qui protestent encore aujourd’hui, parfois avec virulence, contre le gel du corps électoral. Une irritation bien évidemment amplifiée par la démarche de l’Union calédonienne et du Parti travailliste qui ont donc dénombré, au travers de leurs travaux, plus de 6 000 cas douteux qui ne devraient pas pouvoir voter lors du scrutin provincial. On a même lu des termes fort déplacés comme « épuration ethnique » pour illustrer cette vindicte.

Alors que les partis de la droite calédonienne sont désormais prêts à s’unir pour être plus forts dans ce nouveau combat, alors que les magistrats vont arriver début mars pour clarifier cette liste spéciale, alors que le petit jeu de certains consistent aujourd’hui à rappeler qui était pour ou contre le gel du corps électoral, il semble opportun d’effectuer quelques rappels.

1. Si le corps électoral n’avait été gelé, le FLNKS n’aurait jamais signé l’Accord de Nouméa. Il faut bien avoir en tête cette évidence, moult fois rappelée par les indépendantistes pour être convaincus que le doute puis la polémique sont à mettre sur le dos du RPCR, lequel n’a jamais voulu rendre public cette réalité. L’illusion a donc duré quelques années, jusqu’à ce que Jacques Chirac décide de réunir le Congrès de Versailles, début 2007, pour modifier la Constitution et entériner ce gel du corps électoral. Un président de la République RPR puis UMP, donc de droite… Et une immense majorité de parlementaires de gauche et de droite (724 voix) pour ce gel, et seulement 90 contre.

2. Rien ne changera avant le nouveau statut. Alors que certains ne cessent de clamer que leur priorité est le retour à un corps électoral glissant, il est important de rappeler que rien ne pourra se faire sans les indépendantistes, lesquels ne veulent plus être noyés électoralement dans le cadre de ce processus de décolonisation qui doit les conduire, selon eux, à l’indépendance. Dans ce contexte, le retour imminent du corps électoral glissant demeure une illusion…

3. Les contours de la citoyenneté sont connus. Les 6 720 cas douteux de la liste spéciale et cette clarification demandée par l’UC et le Parti travailliste ont donc offert aux partis de la droite calédonienne une nouvelle tribune pour exprimer leur mécontentement et déclarer, pour certains, que les indépendantistes vont désormais contre l’esprit et la lettre de l’Accord de Nouméa. Or, il s’agit bien de permettre aux vrais citoyens de pouvoir voter lors des provinciales, citoyens parfaitement identifiés et si des doutes subsistent, il est bon de les effacer pour offrir un scrutin sincère comme le veut l’Etat.

4. Il faut attendre les travaux des magistrats. Certes, on peut toujours ergoter sur le plan juridique, et trouver de belles argumentations pour légitimer ses convictions, mais ce sont bien les magistrats et les commissions qui rendront leur verdict. Personne d’autre… Pour cela, cette année, ils auront enfin tous les éléments en leur possession afin de rendre un travail qui ne pourra souffrir d’aucune contestation.

Th. Squillario

5 réflexions sur “Corps électoral : quelques rappels salutaires

  1. Comment accepter qu’une personne (y compris kanak et caldoche) vivant depuis 20 ans, ayant voté aux précédentes provinciales, soient rayées des listes uniquement parce qu’elle n’avait pas fait l’effort de s’inscrire avant 98 (car elle n’imaginait pas les con,séquences) sur les listes électorales. Est-ce vraiment le Droit, cela?

  2. omment accepter qu’une personne (y compris kanak et caldoche) vivant depuis 20 ans, ayant voté aux précédentes provinciales, soit rayée des listes uniquement parce qu’elle n’avait pas fait l’effort de s’inscrire avant 98 (car elle n’imaginait pas les conséquences) sur les listes électorales. Est-ce vraiment le Droit, cela?

    • Les citoyens de souche relèvent de l’article 188-a de la loi organique et ne sont pas concernés par le gel du corps électoral… S’il y en a ce doit être peu, très peu, et l erreur doit être réparée…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s