Cela devient du grand n’importe quoi

Cela devient du grand n’importe quoi
Sur RRB, Harold Martin a déclaré que les radiations voulues par Roch Wamytan l'amusent.

Sur RRB, Harold Martin a déclaré que les radiations voulues par Roch Wamytan l’amusent.

L’affaire des radiations de la liste spéciale réclamées par l’Union calédonienne et le Parti travailliste donne lieu, depuis quelques jours, à une accumulation de répliques et de commentaires qui laissent dubitatifs. Alors que la sagesse voudrait qu’on laisse les juges effectuer leur travail, les gesticulations s’amplifient et n’apportent rien d’autre que du désordre…

 

Il n’est pas certain que Roch Wamytan, lorsqu’il a débuté cette démarche de contrôles de la liste spéciale des provinciales, s’attendait à provoquer autant de réactions et de tumultes dans le paysage calédonien. Mais à quelques semaines des échéances municipales et provinciales, force est de reconnaître qu’on ne parle plus que de ça et qu’on peut lire et entendre tout et surtout n’importe quoi sur ce sujet. Bien évidemment, le départ annoncé du Haut-commissaire a rajouté un peu plus de tensions et de cacophonie à cette affaire.

Dans les rangs non-indépendantistes, après avoir plus ou moins moqué ou occulté l’initiative de l’UC et du Parti travailliste lors de son lancement, l’heure est au branle-bas de combat. A l’exception d’Harold Martin qui a déclaré, vendredi 21 février, sur les ondes de RRB que ces radiations l’« amusent », tous les leaders de la droite calédonienne sont montés au créneau. Pierre Frogier d’abord, avec une liste de 6 000 électeurs soi-disant sujets à caution recensés dans des communes indépendantistes, et cette idée de repousser les provinciales tant que le consensus ne sera pas trouvé sur cette question. Philippe Gomès ensuite, avec une « pépite » aux allures de jurisprudence qui désavouerait les plans du président du Congrès, et un rendez-vous chez le Premier ministre, jeudi 27 février. Sonia Backes, enfin, désireuse de montrer une famille « loyaliste » unie lors de la séance de la Province sud, prévue aussi ce jeudi, pour émettre un vœu.

Seuls les juges…

A ce tableau empli de craintes  et de confusion (entre l’article 188-a de la loi organique et le 188-b) s’est rajouté ce week-end le cas Brot. Un Haussaire qui se met en réserve de la République et qui va sans doute, même si certains mettent en place des comités de soutien, rejoindre prochainement la Métropole. Et lorsqu’on prend connaissance des raisons de cette mise à l’écart, on comprend mieux l’embarras et les angoisses du camp non-indépendantiste. En effet, si le représentant de l’Etat n’est plus en phase avec Matignon et l’Elysée, c’est parce que ces derniers ont fait savoir que cette affaire de la liste spéciale sera réglée comme il se doit. Lors de son entrevue avec Jean-Marc Ayrault, le président du Congrès aurait même obtenu de sérieuses garanties.

L’Accord de Nouméa, rien que ce qui est dit dans cet accord pour étudier la question et nettoyer cette liste. Autrement dit, le respect du contenu d’un texte qui a valeur constitutionnelle. Tout en sachant que seuls les juges, attendus en mars, pourront trancher. La logique voudrait donc que tout le monde attende sereinement ces magistrats. Sauf que la lecture des textes par l’Etat irait plutôt dans le sens de Roch Wamytan et que cette perspective n’enchante guère la droite calédonienne qui, après le gel du corps électoral de 2007, doit encore composer avec ce sujet si sensible pour son électorat.

En attendant le verdict des commissions, les réseaux sociaux proposent quelques écrits stupéfiants qui attestent bien, eux aussi, des troubles et des incompréhensions qui prédominent dans ce dossier. Comme s’il était nécessaire d’en rajouter, pour dire souvent n’importe quoi, et de raviver des braises qui ne demandent plus qu’à s’enflammer.

 Th. S.

2 réflexions sur “Cela devient du grand n’importe quoi

  1. « Il n’est pas certain que Roch Wamytan, lorsqu’il a débuté cette démarche de contrôles de la liste spéciale des provinciales, s’attendait à provoquer autant de réactions et de tumultes dans le paysage calédonien »

    Ben voyons…

  2. NON ! Cela ne devient pas du grand n’importe quoi. Cela a toujours été du grand n’importe quoi.
    Les nationalistes kanak veulent vérifier la liste spéciale et s’assurer que tous les nouveaux inscrits en 2008 remplissent les conditions leur permettant de voter aux provinciales. Rien d’anormal ni de répréhensible à cela. En représailles, les non nationalistes brandissent une liste de 6000 kanak à radier, au cas où les nationalistes obtiendraient gain de cause auprès de l’Etat.
    Constat : Le destin qui était commun dans les années 60 a disparu en 72 avec le 1er boom du nickel et l’application du plan Messmer. Et il n’est pas près de repointer son nez. Les calédoniens manquent de discernement. A moins qu’ils aient disparu et qu’il ne s’agisse là que de la gesticulation des métros nouvellement installés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s