Ayrault : des poncifs, un soutien et des interrogations

Ayrault : des poncifs, un soutien et des interrogations
Sonia Lagarde a interpellé une première fois le Premier ministre. Reste à en connaître le résultat dans les faits...

Sonia Lagarde a interpellé une première fois le Premier ministre. Reste à en connaître le résultat dans les faits…

Sonia Lagarde s’est accordée une pause dans sa campagne municipale. Avant d’aller voir le Premier ministre avec Philippe Gomès, jeudi 27 février, à Matignon, la député de la première circonscription a profité d’une séance à l’Assemblée nationale pour interpeller publiquement Jean-Marc Ayrault. « Je vous demande avec gravité, Monsieur le Premier ministre, de préserver l’autorité de l’Etat. » Et sur le sujet plus particulier des demandes de radiations voulues par Roch Wamytan, Mme Lagarde a rajouté qu’elles sont formulées sur un critère « plus que contestable : leur nom, lorsqu’il a le malheur de sonner plus européen que kanak ».

En réponse, le Premier ministre a sorti les habituels poncifs lorsqu’il question de la Nouvelle-Calédonie, à savoir la neutralité de l’Etat qui reste actif, mais aussi la paix qui doit être préservée par des partis et des élus qui doivent être responsables. Rien de bien nouveau… En revanche, Jean-Marc Ayrault a précisé que Jean-Jacques Brot avait sa confiance et celle de tous les membres du gouvernement. Dans le contexte actuel, le Haussaire s’étant mis en réserve de la République, ce soutien est plutôt étonnant. Il appelle donc une tentative d’explication : comme le gouvernement socialiste n’a personne d’autre à envoyer pour le remplacer, il a décidé de le conserver, en lui demandant toutefois de se comporter différemment.

Dans un autre registre, concernant les personnes pouvant voter lors des provinciales, le Premier ministre a livré sa vision des choses : « Toutes les personnes majeures installées en la Nouvelle-Calédonie le 8 novembre 1998, au plus tard, après avoir satisfait à la condition de dix ans de domicile, ainsi que leurs descendants atteignant par la suite la majorité. C’est ça les accords de Nouméa. L’examen de la condition d’installation en la Nouvelle-Calédonie en 1998 devra être conduit avec un soin particulier, sur la base de la consultation de la liste électorale générale de 1998 ou de tout élément établissant cette installation ». Bien évidemment, il reste aux juges, qui arrivent début mars, à traduire ce résumé très consensuel de M. Ayrault dans les faits. Autant dire qu’il est encore bien délicat de déceler qui obtiendra finalement gain de cause.

Th. S.

2 réflexions sur “Ayrault : des poncifs, un soutien et des interrogations

  1. Pingback: Le FLNKS sûr de son bon droit, le droit français | l'Eveil calédonien

  2. Pingback: Lu dans Les Nouvelles du jour | l'Eveil calédonien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s