Machine gun

Machine gun

ImageLe problème avec les remakes, c’est qu’ils sont rarement à la hauteur de l’original malgré la technique plus performante et les effets spéciaux itou. En voyant la cata de cette resucée de « Robocop », on se prend à rêver d’une nouvelle copie du film éponyme de Paul Verhoeven en 1987. Là où le Hollandais violent avait pondu une histoire satirique et jouissive sur le délire sécuritaire dans les villes, José Padilha – cinéaste brésilien phagocyté par Hollywood, un de plus – hésite entre des scènes d’action filmées comme des jeux vidéos, une réflexion philosophique à la petite semaine sur des thèmes existentiels – l’homme et la machine, le méchant capitalisme – et un blockbuster de super héros.

Robocop sur sa moto est d’ailleurs filmé comme Batman, c’est une machine à tirer sur tout ce qui bouge – sauf sa femme –, une machine à cafter tous les malfrats et à les neutraliser. Une impression de déjà-vu qui fait trouver très longues les cent vingt minutes. Cette histoire de créature de Frankenstein moderne est bouffée aux mythes raillés. Toute la chair et le sang présents chez Verhoeven fait ici cruellement défaut. Une transfusion de scénario aurait été bénéfique. Seul  Gary Oldman tire son épingle de ce jeu de… mécano. Sans émotion, long et mal vissé !

Robocop de José Padilha – USA – Action, Science-Fiction avec Joel Kinnaman, Gary Oldman, Michael Keaton, Samuel L. Jackson – 1 h 57.

Rolross

 Spectateurs et robots marris !ImageImage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s