La dynamique parlementaire peut-elle favoriser les objectifs municipaux de Lagarde ?

La dynamique parlementaire peut-elle favoriser les objectifs municipaux de Lagarde ?
Sonia Lagarde a marqué de sacrés points à l'Assemblée nationale.

Sonia Lagarde a marqué de sacrés points à l’Assemblée nationale.

Cette semaine, la député de la première circonscription s’est mise en évidence dans les travées de l’Assemblée nationale. Là où elle a interpellé le Premier ministre sur le corps électoral. Un duel si bien médiatisé qu’on peut se demander s’il n’aura pas des retombées dans l’inconscient collectif lors des municipales…

 

 

Ces quelques minutes filmées et parfaitement diffusées dans le journal télévisé de NC 1ère et sur les réseaux sociaux n’ont-ils pas fait plus, pour Sonia Lagarde, que toutes ces longues heures passées sur le terrain ? Certes, durant une campagne, tout le monde sait que rien ne vaut le contact, la proximité et les réunions de quartiers, mais à Paris, dans les travées de l’Assemblée nationale, la candidate Calédonie ensemble à la mairie de Nouméa a touché beaucoup de monde par écrans interposés.

On peut même penser que cette communication parlementaire est parvenue à s’immiscer bien au-delà de l’électorat traditionnel de son parti. Bien évidemment, il serait hasardeux de proclamer, à l’issue de cet épisode tourné au Palais Bourbon, que Mme Lagarde a marqué tellement de points qu’elle est désormais sûre de s’imposer fin mars dans les urnes. Cependant, on peut déjà penser que cet échange avec le Premier ministre est désormais bien ancré dans les esprits et qu’il a été plutôt favorable la candidate Calédonie ensemble.

Pas la même tribune pour Yanno et Briault

En effet, même si nous sommes loin de partager les mêmes conclusions après ce duel – le parti de Philippe Gomès estimant que Jean-Marc Ayrault a réglé le problème des radiations voulues par les indépendantistes, ce qui n’est pas notre cas –, force est de constater que l’intervention de la député de la première circonscription, avec des mots forts et des formules saisissantes, n’a pu que séduire l’électorat de la droite calédonienne.

En outre, ni Gaël Yanno ni Gaby Briault, présentés comme les plus sérieux rivaux de Sonia Lagarde, ne disposent d’une telle tribune, et chacun peut remarquer leurs silences actuels. Sans doute arpentent-ils le terrain… Seule offensive dégotée par les proches de l’UCF, revenir vers le passé et décréter, sur les réseaux sociaux, que Philippe Gomès avait été favorable au gel du corps électoral en 2007. Nous doutons que de tels souvenirs suffisent à troubler les desseins municipaux de la député qui, paradoxalement, si elle est élue maire de Nouméa, quittera une Assemblée nationale l’ayant bien aidée dans cette quête…

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s