La télé australienne ABC parle de notre crise politique de façon partisane

La télé australienne ABC parle de notre crise politique de façon partisane
ABC a rebaptisé le président du Congrès : Roch Wamytam.

ABC a rebaptisé le président du Congrès : Roch Wamytam.

« Tensions politiques en Nouvelle-Calédonie », tel a été le titre d’un reportage diffusé par ABC. Près de six minutes pour évoquer l’importance du prochain scrutin provincial, le problème de la liste spéciale, et aussi les armes en vente libre. Et un seul interlocuteur, en l’occurrence Roch Wamytan, pour en parler, mais pas le moindre élu de l’autre camp. Shocking ?

 

A la veille des provinciales, cette chaine australienne a donc décidé d’envoyer son correspondant dans le Pacifique, Sean Dorney, pour faire le point et évoquer notamment les questions de la liste électorale spéciale. Mais bizarrement, lorsque Roch Wamytan apparaît la première fois à l’écran, c’est pour parler des armes. « Y’a eu plus de 100 000 armes qui ont été vendues ces trois dernières années, l’élection de 2014 c’est demain, alors les gens pensent que si les choses tournent mal, si ça se passe mal, ils ont leur fusil. » Sacrée entrée en matière amplifiée par le rappel des années 80. « Tout le monde a acheté des armes, a rajouté le président du Congrès, et pas seulement la communauté caldoche, mais aussi les Océaniens et les Kanak. Alors voici ma question : pour quelle raison La France a fait ça ? »

Le journaliste australien indique ensuite que les non-indépendantistes sont les plus nombreux dans Nouméa, mais à la Vallée du Tir, devant une fresque murale qui montre des héros de la lutte pour l’indépendance, Sean Dorney rappelle que « trois d’entre eux sont morts violement, le chef Ataï, lors de l’insurrection de 1878, Eloi Machoro tué par la gendarmerie en 1985, et le leader charismatique Jean-Marie Tjibaou assassiné en 1989 ». C ‘est alors que l’on en vient à parler de la liste spéciale. Toujours avec Roch Wamytan : « Il s’est avéré que plus de 6 700 personnes sont enregistrées sur la liste spéciale de 2014, mais elles sont arrivées après 1998, par conséquence elles ne doivent pas y figurer. Je me suis entretenu avec le gouvernement français à ce sujet à travers le Haut-commissaire ici à Nouméa, ainsi qu’avec le Comité des 24 de l’ONU en octobre 2013. Alors qu’est-ce que tout cela veut dire ? Ca représente 5% du corps électoral. »

Des Australiens perplexes ?

En réponse au président du Congrès, pas de leader non-indépendantiste. Mais les 2 000 jeunes Kanak devant être sur la liste. « C’est simplement inimaginable, renchérit Roch Wamytan, que cela se passe ici en Nouvelle-Calédonie, dans un pays administré par l’Etat Français qui nous fait des leçons de bonne gouvernance et de démocratie. » Jean-Jacques Brot appréciera. Fort heureusement, le journaliste australien parle des non-indépendantistes, mais pour dire qu’ils « ont fait de leur côté un recours pour rayer 4 000 Kanak des listes ». On a connu plus juste en matière de chiffres et d’informations.

En conclusion de ce reportage, le retour des armes et du président du Congrès. « Dès qu’ils ont annoncé qu’il n’allait plus avoir de fusils dans les magasins, tout le monde s’est précipité pour s’acheter des armes. » Les téléspectateurs australiens qui ont regardé ces six minutes ont sûrement dû se demander, avec perplexité, ce qui se passe exactement en Nouvelle-Calédonie. Pas sûr que ce type d’informations favorise notre tourisme. Quoi qu’il en soit, Roch Wamytan, lui, a bien su se mettre en scène avec les Australiens.

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s