Achetez François !

Achetez François !
Morel et Saladin experts en petits travers français. (photo : Brigitte Enguerand)

Morel et Saladin experts en petits travers français. (photo : Brigitte Enguerand)

Depuis quelques années, le Théâtre de l’île a pris pour – bonne – habitude de démarrer sa saison en fanfare. 2014 a donc débuté avec « Bien des choses » de et avec François Morel. Par le biais de la lecture de cartes postales touristiques, le comédien et son complice Olivier Saladin dissèquent les petits travers de Français moyens. Théâtre à la carte…

 

 

Parlant des médias et du spectacle vivant en général, François Morel pourrait affirmer : « Je suis partout ». Sauf que son esprit libertaire, frondeur et pourfendeur de préjugés ne lui aurait jamais permis d’écrire une seule ligne dans le canard collabo et nauséabond de la France occupée. Ce trublion poète, adepte du franc-parler et du second degré, arpente sans arrêt les planches de théâtre métropolitaines, pousse la chansonnette sur ses écrits, tient des chroniques radiophoniques décalées sur France-Inter et préface à tout va des livres dont il apprécie l’humour culte.

Il fait partie de notre inconscient depuis que la troupe de Jérôme Deschamps a propulsé sa bouille dans les spectacles des « Deschiens » et, surtout, grâce à la série de vignettes courtes réalisées pour le petit écran.  De « jeune-qui-n’en-voulait-grand-fournisseur-de-gibolin-et-féru-de-papamobile », il est devenu une pointure inclassable tant son univers part dans tous les non-sens et toutes les dimensions de l’imaginaire. Du cinéma, l’ayant peu ou mal employé, on retiendra aussi la fabuleuse trilogie de Lucas Belvaux en 2002 : « Un couple épatant – Cavale – Après la vie ».

L’invention de Morel

La série Deschiens a également fait connaître d’autres membres de la meute que sont, entre autres, Philippe Duquesne, Bruno Lochet, Yolande Moreau et Olivier Saladin, partenaire complice de François Morel dans son périple calédonien. Ces deux-là fonctionnent comme un clown Blanc et son Auguste. Un tandem approprié pour passer du monologue radio – la lecture de cartes postales échangées entre deux familles « Bidochon » – à un dialogue de sourds où abondent grimaces, mimiques et déplacements pour faire assaut de drôlerie. Dans ces échanges épistolaires, forcément courts (la surface ténue et saturée d’une carte), Morel l’inventif brocarde le tourisme de masse qui déplace une frange de population n’aspirant qu’à préserver leur quotidien trivial. L’entame et le final montrent d’ailleurs l’envol problématique d’une cigogne ayant du mal à déployer ses ailes et ne désirant que son retour au nid.

D’où des saynètes savoureuses dans lesquelles l’arrosage des plantes du jardin, l’envoi d’une grille concours de mots fléchés prennent plus d’importance que la visite du Parthénon, voire le panorama du Pain de Sucre brésilien. De même, d’un séjour au festival d’Avignon (délicieuse mise en abîme de la perception du théâtre par des puceaux de cet art), ces fourvoyés ne gardent souvenir que du tapage nocturne d’un off aux horaires tardifs. La description de ces voyageurs timorés jamais au bon endroit, toujours déplacés, n’est jamais méchante. Parfois même, le rire se fige sur de petits drames humains issus du groupe et noue la gorge avec le rêve brisé d’une brodeuse de canevas.

Olivier Saladin a des faux airs de Bourvil dans un sketch œnologique et François Morel excelle à retrouver les borborygmes explicites, les apartés muets et les phrases à compléter qui ont fait la renommée des Deschiens. Tout cela avec un rythme tendu qui maintient pendant plus d’une heure nos commissures en tétanos parfait. Bref, un joli cadeau de début de saison pour drainer – et habituer – un large public (trois représentations supplémentaires), préférant le rire à tous crins dans des sketches que le pur théâtre. Cependant, Morel et son invention d’un genre particulier tiennent des deux. Alors, pour le rire/poésie achetez François et bien des choses à tous !

Rolross

Une réflexion sur “Achetez François !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s