UCF : les limites d’une fermeté déclamée

UCF : les limites d’une fermeté déclamée
Philippe Blaise et Gaël Yanno pourront-ils encore dire devant le FLNKS ce qu'ils promettent à leurs militants ?

Philippe Blaise et Gaël Yanno pourront-ils encore dire devant le FLNKS ce qu’ils promettent à leurs militants ?

Tous les intervenants du meeting du 1er mars, au Kuendu beach, n’ont cessé de mettre en avant la fermeté qu’il faut désormais brandir face aux indépendantistes. Cette inflexibilité promise va même jusqu’à la marginalisation du FLNKS dans le  discours de Philippe Blaise. Crédible ?

 

 

Ils étaient donc près de 1 700 témoins, samedi 1er mars, à entendre les différents intervenants de l’Union pour la Calédonie dans la France exposer un programme qui, au niveau du pays, se résume donc à cette fermeté déclamée vis-à-vis des indépendantistes. Le RUMP en aurait trop fait avec l’Union calédonienne et le Parti travailliste, «  trahissant » ainsi son électorat. Philippe Blaise, le président du MRC, a exprimé de la sorte ce constat de l’UCF : « Nous avons une immense responsabilité : celle d’offrir aux habitants la stabilité de nos institutions avec une entente entre les partis loyalistes. Cette stabilité c’est la clé de la confiance, et de notre prospérité économique. (…) Nous n’irons pas, nous, chercher nos partenaires chez nos adversaires indépendantistes. Nous ne sacrifierons pas l’avenir des Calédoniens à des ambitions personnelles. »

Toutefois, même en parvenant à trouver une majorité non-indépendantiste au Congrès, il faudra bien, dans le cadre de l’Accord de Nouméa, composer avec ces mêmes indépendantistes. Au cas où certains l’auraient oublié, en effet, rien ne peut se faire, désormais, sans l’aval de ce partenaire, fut-il réduit à sa relative minorité. « Cette capacité à dire non aux indépendantistes, a poursuivi Philippe Blaise, nous l’avons à l’UCF parce que notre Union est bâtie sur des valeurs sur lesquelles nous ne transigeons pas. Nous avons signé ensemble pour l’Union sur la base d’un socle commun de valeurs qui est notre contrat moral avec vous. » Dans ce contexte, s’il n’est pas possible de transiger sur certains points, les discussions risquent d’être très compliquées voire impossibles avec les indépendantistes.

Quels élus crédibles pour discuter avec les indépendantistes ?

Tout le monde a bien compris que l’idéal de l’UCF est d’en rester là, de ne pas aller beaucoup plus loin dans l’application de l’Accord de Nouméa. « Nous avons déjà alerté l’opinion sur les dangers de l’article 27, et nous avons obligé les autres loyalistes à abandonner la tentation d’en faire un cadeau aux indépendantistes. » Sauf qu’il sera donc bien délicat, dans ces conditions, d’avancer et de trouver des points de convergences satisfaisant le plus grand nombre. Et pas que d’un seul côté…

Bien évidemment, on peut comprendre que ces discours un peu décalés puissent séduire un électorat empli de craintes, mais la réalité qui s’annonce, lors de cette dernière mandature de l’Accord de Nouméa, risque d’être très éloignée de ce paradigme escompté par l’UCF. Déjà, on voit mal qui, dans cette union, peut véritablement discuter sérieusement avec les indépendantistes. Gaël Yanno ? Tant du côté de l’UC que du PALIKA, on ne le juge pas très crédible. Sonia Backes, Isabelle Lafleur, Philippe Blaise, Gil Brial ? Encore moins… C’est dire si les marges de manœuvres du MPC, RPC et MRC, même réunis, sont réduites. C’est dire aussi si la réalité, à partir de juin, se chargera, elle, de transiger… dans la foulée du résultat des urnes.

 Th. S.

Une réflexion sur “UCF : les limites d’une fermeté déclamée

  1. La légitimité des élus que l’UCF aura en 2014, qu’ils soient du MPC, du RPC ou du MRC, ne pourra être remise en question par qui que ce soit puisque acquise démocratiquement.

    Que cette légitimité plaise ou non aux indépendantistes est secondaire : il faudra qu’ils fassent avec ceux que les Calédoniens auront désigné pour les représenter.

    Prétendre que ni G. Yanno, I. Lafleur ou P. Blaise ne pourraient discuter « sérieusement » avec les indépendantistes est un parti pris sans fondement.
    Le temps du renouvèlement du personnel politique est venu. La fermeté dans le discours dont fait preuve l’UCF en sera la clé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s