Une affaire Chauchat ? Non, une cabale contre l’UC

Une affaire Chauchat ? Non, une cabale contre l’UC
S'il n'était pas collaborateur de Roch Wamytan, Mathias Chauchat ne serait pas aussi exposé aujourd'hui.

S’il n’était pas collaborateur de Roch Wamytan, Mathias Chauchat ne serait pas aussi exposé aujourd’hui.

Le professeur agrégé de droit de l’université serait donc dans le collimateur de certains élèves estimant qu’il fait plus de politique qu’autre chose durant ses cours. Bizarrement, alors qu’il enseigne depuis de longues années à l’UNC, Mathias Chauchat n’avait jamais subi pareille controverse. Jusqu’à aujourd’hui où il se retrouve mêlé, au cœur de l’affaire des radiations, dans ces offensives multiples lancées contre l’Union calédonienne. Souvent avec le Haussaire à la manœuvre…

 

 

Jusqu’à maintenant, personne n’avait entendu parler des éventuels problèmes causés par les cours de droit de Mathias Chauchat. Certes, le professeur de l’UNC ne cachait jamais, notamment dans les médias, ses aspirations plutôt indépendantistes, mais pas un étudiant n’avait remis en cause la qualité de son travail universitaire.

Soudainement – mais est-ce vraiment une surprise dans le contexte actuel ? –, le Haut-commissaire a évoqué son cas lors de la dernière séance du gouvernement, mardi 4 mars. Et puis Sonia Backes s’est fait le relais d’étudiants qui, eux, seraient gênés par des cours plus politiques que juridiques. Bien évidemment, derrière cette remise en cause, il ne faut pas voir autre chose que le rôle tenu par M. Chauchat, collaborateur de Roch Wamytan, dans l’affaire des radiations des listes électorales.

La liste est longue…

S’il n’avait pas cette double casquette, qui ne date pourtant pas d’aujourd’hui – le professeur a même été dans le cabinet de Marie-Noëlle Thémereau, la présidente du gouvernement, en 2004 –, nul doute qu’il ne serait pas aussi exposé. Cependant, il ne faut pas isoler le cas Chauchat de la cabale actuellement menée par le représentant de l’Etat contre l’Union calédonienne.

Gilbert Tyuienon, Roch Wamytan, Jean-Raymond Postic, puis Mathias Chauchat… La liste commence à être longue des élus et proches du plus vieux parti calédonien qui subissent les admonestations, les critiques et les leçons de Jean-Jacques Brot. Vous avez dit neutralité ? Si l’on rajoute les manœuvres opérées auprès de Pascal Naouna, l’ancien président de l’UC, qui pourrait rejoindre le PALIKA et toutes les proximités qui peuvent s’entrevoir entre l’Etat et la mouvance de Paul Néaoutyine, il n’y a plus de doutes à avoir. Seule incertitude ? Le résultat final de cette stratégie trop partiale qui interpelle déjà des Renseignements généraux très inquiets sur le terrain.

Th. S. 

7 réflexions sur “Une affaire Chauchat ? Non, une cabale contre l’UC

  1. avec un bémol mr Squillario . jusqu’ici, Mathias Chachat était (enfin presque..) resté à sa place. Mais désormais il utilise le droit pour servir des intérêts ^politiques, enfin surtout celui de Roch Wamytan… Et là ce n’est plus pareil!

  2. Je ne comprends pas votre analyse, vous avez l’air de trouver anormal que des étudiants se posent aujourd’hui la question de la partialité de Mathias Chauchat. Tant qu’il était discret sur ses activités politiques ont pouvait lui laisser le bénéfice du doute. À partir du moment où cette personne prend positions sur des questions de droit mais aussi d’économie et de société dans les médias en se revendiquant collaborateur de l’UC la question mérite d’être soulevée.
    Voudriez-vous que ces élèves ne tiennent pas compte de son engagement politique durant ces cours ? Vous avez l’air d’affirmer que le droit est une science exact, c’est faut. Le droit est sujet à interprétation d’où la nécessité de constamment le rendre plus précis par la rédaction de lois organiques par exemple.
    Mathias Chauchat apporte donc son interprétation du droit, même s’il s’appuie sur les textes en vigueurs.

    Attention, je ne remets pas en cause ses compétences, qui sont réelles, mais ça n’interdit pas de garder un esprit critique lorsque l’on connaît les prises de position du personnage.

    Ses étudiants sont là pour apprendre le droit, ils sont en droit de se demander s’ils n’apprennent pas UNE vision du droit.

    Concernant le Haussaire je trouve que l’emploi du mot « cabale » est un peu fort non ?
    Lorsque vous dîtes  » Le résultat final de cette stratégie trop partiale qui interpelle déjà des Renseignements généraux très inquiets sur le terrain. » on aimerait bien savoir d’où vous vient cette information. Pas la source exacte, mais un peu plus d’info parce que présenté comme cela ça ressemble plus à un ragot de comptoir (et je doute que cela soit le cas) .

    • Vous avez entièrement raison! D’ailleurs je ne comprends pas qu’un homme fut-il professeur de droit, engagé dans un mouvement politique comme il l’est ne se mette pas en dispo pendant la période de son engagement…Présenter aux élèves sa propre vision des choses ne développe pas l’esprit critique (thèse, antithèse et synthèse…) Ce n’est pas de l’info mais de l’intox!

  3. « Ses étudiants sont là pour apprendre le droit, ils sont en droit de se demander s’ils n’apprennent pas UNE vision du droit. »
    Ils sont également la pour apprendre l’esprit critique, ce qu’ils peuvent faire en étant confrontés à une pluralité d’opinions. Dans le cas contraire ils auront bien du mal à voir leur notes décoller passée la 2ème année d’étude, où justement on attend des étudiants en droit qu’ils prennent position…

    Deuxième chose : mais évidemment qu’ils apprennent UNE vision du droit. Les initiés savent bien qu’il y a de nombreux courants doctrinaux au sein des différentes matières, et que chaque professeur enseigne une matière à SA façon.

    Il serait bon de rappeler que les droit est une science humaines, c’est à dire une science inexacte par nature.

    Cordialement.

  4. Tout peut prêter à interprétation, même les mathématiques et la physique. L’important dans la question soulevée n’est pas tant le mécontentement d’une partie des étudiants de M. Chauchat que de connaître le niveau d’influence qu’il a sur les décisions de M. Wamytan. L’a-t-il poussé à revendiquer la radiation de 6720 Calédoniens des listes électorales où lui a-t-il seulement fourni l’argumentation juridique soutenant une revendication vouée à l’échec ? Autrement dit, ce transfuge du cabinet de M-N Thémereau est-il auprès de Wamytan pour l’aider ou le pousser à la faute politique ?
    Quant à Jean-Jacques Brot, est-il là pour interpréter à sa manière l’action politique locale ou pour traduire en langage compréhensible localement ce que souhaite l’Etat en Nouvelle-Calédonie ?
    Grand lecteur de la presse métropolitaine, j’y vois qu’actuellement le gouvernement et, surtout, le président Hollande ne veulent pas de troubles en Calédonie qui viendraient encore compliquer la situation politique et économique désastreuse dans laquelle ils se trouvent.
    Hollande souhaiterait même, semble-t-il, que le référendum soit si possible repoussé à 2017 en fin d’année en prétextant du fait que l’ADN demande que la date en soit fixée entre 2014 et 2018 par un accord majoritaire de notre Parlement local, ce qui n’est pas évident actuellement !
    De plus Arnaud Montebourg qui vient de prendre conscience de la nécessité de protéger et développer les ressources minières de la France en terres rares et métaux dits stratégiques a mis dans la liste le nickel.
    Cela doit donner à réfléchir.

  5. pour comprendre le monde il faut d’abord comprendre comme fonction son pays, Mr Chauchat a bien raison d’utiliser la réalité du pays afin de comprendre sa démarche!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s