Suzanne Maiau-Sefa apporte sa traduction de l’appel lancé en wallisien et futunien à Gil Brial

Suzanne Maiau-Sefa apporte sa traduction de l’appel lancé en wallisien et futunien à Gil Brial
RéponseBrialPap

Suzanne Maiau-Sefa espère que sa traduction mettra un terme à cette polémique sémantique.

A la suite de la publication de notre article consacré à Gil Brial et à un appel qu’elle a lancé sur son mur facebook, Suzanne Maiau-Sefa a tenu à apporter sa traduction des lignes publiées en wallisien et futunien.

« L’occasion nous est offerte pour qu’un enfant de nos îles Wallis et Futuna devienne Maire. Je souhaite de tout mon cœur que tu comprennes, comme moi, l’importance que Gil Brial accède au siège de 1er Magistrat de la commune dans laquelle nous avons choisi d’y élire domicile. C’est une personne de grande bonté, compétente pour avoir été diplômé de grandes écoles et expérimentée en politique. J’ai rejoins son équipe à Dumbéa car je reste persuadée que Gil BRIAL aime la communauté wallisienne et futunienne. J’appelle à votre clairvoyance car il faut que ça cesse les mensonges de ceux qui détiennent le pouvoir aujourd’hui à Dumbéa et il est important que l’on s’unisse pour rejeter l’indépendance que réclament les kanaks en Nouvelle-Calédonie. Avec tous mes respects. »

Madame Maiau-Sefa explique ensuite que, dans sa langue wallisienne, « lorsqu’on parle de ‘‘pouvoir », on y associe le terme papalagi qui signifie ‘‘blanc » et quand on parle de l’indépendance, on y associe le terme ‘‘uli » qui signifie ‘‘noir ». » Nous prenons acte de ces précisions, même si certains s’évertuent à plaider la cause d’un autre sens à donner à ses mots. Il est donc dommage que cet appel de Suzanne Maiau-Sefa n’ait pas été suivi tout de suite de la traduction qu’elle vient de donner.

Th. S.

2 réflexions sur “Suzanne Maiau-Sefa apporte sa traduction de l’appel lancé en wallisien et futunien à Gil Brial

  1. Désolé… le rattrapage après coup est gros comme la ficelle du même nom. En effet, quand j’ai travaillé, en 2007, pour l’Administration Supérieure de Wallis et Futuna, on m’appelait, bien sympathiquement, « Papalagi ». Quand j’ai demandé la signification de cette appellation, il m’a été répondu que cela voulait dire BLANC. Un point c’est tout. Et dans cette relation, il n’était pas question de pouvoir puisque nous ne faisions que collaborer sur la mise en place de procédures administratives.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s