Délégation du comité de décolonisation de l’ONU : mise au point

Délégation du comité de décolonisation de l’ONU : mise au point

Par Calédonie ensemble *

Au moment où la délégation du comité de décolonisation de l’ONU débute ses entretiens, il nous semble nécessaire de rappeler la position de Calédonie ensemble sur cette visite. 

L’ONU et la Nouvelle-Calédonie : des relations qui ne doivent pas être instrumentalisées

Depuis 25 ans, nous avons réalisé de considérables progrès en Nouvelle-Calédonie en matière d’émancipation, de développement, de rééquilibrage et de bien vivre-ensemble. Comme convenu par l’accord de Nouméa, le processus engagé doit être « porté à la connaissance de l’ONU », mais cela n’autorise pas l’organisation d’une visite impromptue, à l’initiative du FLNKS, et ciblée sur un sujet monté en épingle avec des arrières pensées électorales, d’autant plus que la présence de Fidji dans la délégation, pour vérifier le bon fonctionnement de notre démocratie, et plus particulièrement le bon déroulement des opérations de révision des listes électorales, apparait pour le moins surprenante…

Les conséquences du « gel »

Lorsque le « gel » du corps électoral a été voté par le Parlement en 2007, il n’a jamais été question que celui-ci puisse priver du droit de vote des personnes arrivées avant le 8 novembre 1998. Les indépendantistes étaient à l’époque d’accord sur ce point, et nous communiquerons à la délégation des documents démontrant que cette interprétation était parfaitement admise.
En conséquence, Calédonie ensemble soutient, conformément au rappel sur la lettre et l’esprit de l’accord de Nouméa effectué par le premier ministre à l’Assemblée nationale il y a deux semaines, toutes les personnes dont les demandes d’inscription ont été rejetées, alors qu’elles sont arrivées avant le 8 novembre 1998.
 De même, nous nous opposerons aux demandes de radiation que le FLNKS pourrait formuler devant les tribunaux, suite à son échec devant les commissions administratives chargées de la révision de la liste spéciale.

La question des 5 000 électeurs nés en Nouvelle-Calédonie

Concernant les 5 000 personnes natives de Nouvelle-Calédonie, dont 2 000 Kanak, présentes sur la liste électorale générale mais pas sur la liste spéciale, nous rappelons que cette situation est simplement due au fait que ces personnes n’ont jamais fait les démarches nécessaires.
Nous communiquerons à la commission copie du courrier adressé il y a un an par Philippe Gomès à Roch Wamytan visant à ce que ces personnes puissent être inscrites d’office sur la liste spéciale. Roch Wamytan n’a jamais donné suite à ce courrier, ce qui ne l’a pas empêché de dénoncer cette situation devant le comité de décolonisation de l’ONU, et l’un de ses collaborateurs de déclarer à la chaine australienne ABC : « Il y a eu beaucoup de tricherie et de manipulation (…) particulièrement à Nouméa. Et beaucoup de jeunes kanaks n’ont pas été inscrits pour les prochaines élections. »

Les fraudes avérées constatées à Ouvéa

Enfin, nous inviterons les membres de la délégation du comité de décolonisation à se renseigner sur les fraudes avérées constatées sur les listes électorales de la commune d’Ouvéa, qui ont valu à deux élus indépendantistes de sévères condamnations.

 

Les propos de cette Tribune n’engagent que leurs auteurs.

* Premier parti non-indépendantiste qui s’exprime publiquement le jour de l’arrivée des émissaires de l’ONU. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s