Plus que jamais dans l’impasse

Plus que jamais dans l’impasse

L’arrivée de la délégation de l’ONU en Nouvelle-Calédonie, loin de faire l’unanimité, a rajouté un peu plus d’irritations – entre les deux légitimités calédoniennes – et d’incompréhensions pour une population qui se demande bien comment cette crise latente va pouvoir enfin s’estomper. En effet, depuis des jours maintenant, ces radiations des listes électorales n’en finissent plus d’amplifier les rancœurs. Et les travaux des commissions administratives, plutôt que d’apaiser le débat, ont rajouté un peu plus de tensions.

Parce qu’elles suivent la philosophie politique prônée par Jean-Marc Ayrault et qu’elles se refusent donc de radier, ces commissions satisfont autant les non-indépendantistes qu’elles enflamment les indépendantistes, adossés à une logique juridique dont ils estiment qu’elle doit finir par leur donner raison, que ce soit devant le Tribunal de première instance ou bien la Cour de cassation.

Franchement, à l’aube de l’ultime mandature de l’Accord de Nouméa, si déterminante, on aurait pu espérer, après seize ans de gouvernement collégial et de destin commun, un autre scénario que cette guéguerre électorale qui risque encore de durer longtemps et dont on peut de demander si elle n’aura pas de regrettables prolongements. Mais force est de constater, au-delà des belles formules et des habituels poncifs, que la réalité de l’Accord de Nouméa est encore loin de traduire ce vivre ensemble. Les uns à côté des autres, oui, sans doute, mais pas vraiment les uns avec les autres, au sein d’une même société cohérente, homogène et solidaire.

Autant le dire tout de suite, on voit mal ce qui pourrait changer demain, dans la dernière ligne droite d’un accord dont les enjeux majeurs vont sans doute encore plus cristalliser les passions. Et si chaque camp s’arc-boute sur ses convictions les plus profondes, sans laisser le moindre espace à l’ouverture et à quelques concessions, il ne faudra rien attendre de merveilleux dans les années qui viennent. Seuls les heurts et malheurs seront au rendez-vous de ces radicalisations prégnantes qui, d’ores et déjà, n’augurent rien de bon…

Th. Squillario

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s