Nos réponses à la vision nickel très partielle de Pierre Bretegnier

Nos réponses à la vision nickel très partielle de Pierre Bretegnier

Le président de PROMOSUD, ancien élu du Rassemblement passé dans les rangs du MPC, vient de publier une tribune sur Facebook. Nous vous en proposons l’intégralité. Avec nos commentaires sous chaque paragraphe…

 

Pierre Bretegnier : « Calédonie ensemble et le FLNKS militent pour que la Nouvelle-Calédonie prenne la majorité du capital de SLN. Dans ce cas, la Nouvelle-Calédonie devra prendre en charge plus de la moitié des 25 milliards des pertes de SLN et des 80 milliards de coût de la centrale électrique. Ne vaut-il pas mieux laisser ERAMET s’en occuper ? »

l’Eveil : Fin 2011, avant la distribution de 89,5 milliards de francs en 2012 et 2013 – dont 50 à Eramet –, la SLN disposait de 118 milliards d’immobilisations financières. Elle aurait donc pu financer elle-même cette centrale au lieu de faire remonter les dividendes à sa maison-mère qui prête ensuite à usure sous prétexte de donner.

« Le FLNKS est apparemment très fier des 51% de la Province nord dans KNS. Résultat : une dette de 300 milliards qui va aller en augmentant jusqu’à ce que l’usine produise et vende (en attendant  c’est Xstrata qui paye les salaires ; il faudra bien la rembourser un jour). Conséquence : pour payer ses dettes, SMSP vend du minerai à la Corée et bientôt à la Chine, elle concurrence ainsi les usines locales et fait baisser les cours. »

SMSP ne doit absolument rien à son partenaire Glencore-Xstrata. C’est KNS qui emprunte à ses actionnaires et qui devra les rembourser. Avec un cash cost à 8,5 dollars US la livre et un coût complet à 9,5 dollars US, la SLN n’est pas compétitive et n’est donc pas concurrencée.

« Pour financer leurs 5% de parts dans Vale, les Provinces ou leur SEM se sont endettées pour plus de 30 milliards : elles vont attendre longtemps avant de profiter des futurs dividendes. »

En 1996, Diamond Resource a vendu Voisey’s bay 3,1 milliards dollars, soit près de 300 milliards de francs à Vale Inco, tandis que la Province sud a cédé Goro pour 2 milliards de francs… Pierre Bretegnier l’a-t-il oublié ?

« Les contribuables doivent faire savoir aux ‘‘responsables’’ de Calédonie ensemble et du FLNKS que la Nouvelle-Calédonie n’a pas les mêmes moyens que les multinationales et que l’argent de nos impôts serait mieux utilisé à construire des logements ou des routes qu’à être investi dans la métallurgie. Pourquoi risquer l’argent public quand l’argent privé ne manque pas ? »

Que viennent donc faire les contribuables calédoniens et l’argent public dans cette histoire ? Pour l’usine du Nord, en dehors de la défiscalisation métropolitaine de 216 millions, soit environ 4%, le financement de la construction est assuré par des investisseurs privés, en l’occurrence Glencore-Xstrata qui garantit l’intégralité du financement sans pouvoir nantir ses titres et donc mettre en danger la coentreprise KNS et ce qu’elle a de plus cher, le Koniambo.

Th. S.

3 réflexions sur “Nos réponses à la vision nickel très partielle de Pierre Bretegnier

  1. Pingback: Bretegnier persiste et cille | l'Eveil calédonien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s