La bulle immobilière va se dégonfler…

La bulle immobilière va se dégonfler…
Jean-Claude Buchalet est aussi chroniqueur dans plusieurs quotidiens nationaux comme Les Echos, La Tribune ou encore Le Figaro.

Jean-Claude Buchalet est aussi chroniqueur dans plusieurs quotidiens nationaux comme Les Echos, La Tribune ou encore Le Figaro.

« La situation n’est plus tenable » à Paris et sans doute ailleurs, selon Jean-Luc Buchalet. Avant la publication de son livre « Immobilier, comment la bulle va se dégonfler », le 3 avril, cet économiste a livré son analyse à Metronews.

 

Jean-Luc Buchalet n’est pas le premier, et sans doute pas le dernier, à annoncer l’éclatement de cette bulle immobilière que son nouvel ouvrage décrit et décrypte avec soins. Interrogé par Metronews, l’économiste qui a également publié, en 2011, « Chine, la face cachée », revient d’abord sur la genèse de la bulle immobilière. « En temps normal, il doit exister une corrélation entre les revenus des particuliers et les prix de l’immobilier mais, à la fin des années 1990, on observe, partout en France, une envolée des prix. Entre 1998 et 2011, les prix de l’immobilier ont ainsi augmenté de 161%. »

Une folle envolée et une évolution qui s’expliquent par le fait que l’immobilier est perçu comme une valeur refuge. « Et c’est encore plus vrai depuis la crise des subprimes en 2008. Les banques entrent dans le jeu : les prêts immobiliers leur servent de produits d’appel pour attirer de nouveaux clients. Entre l’allongement de la durée des crédits et la baisse des taux, on emprunte 87% d’argent de plus qu’en 2000. Or, plus le nombre de propriétaires est élevé, plus les prix de l’immobilier le seront. »

Ne pas acheter

Sauf que cette courbe ne peut croître continuellement. « Depuis 2011, le marché se fige. Les loyers commencent à baisser, c’est un bon indice. Dans le meilleur des cas aujourd’hui, il faut vingt ans à un primo-accédant et seize ans pour un secundo-accédant parisiens pour rentabiliser l’achat d’une résidence principale. Ce n’est plus tenable. » Nul doute que cette même analyse peut également s’appliquer pour Nouméa où il y a bien longtemps que les prix de l’immobilier ne sont plus du tout en corrélation avec les revenus des particuliers.

Dans ce contexte, l’auteur de « Immobilier, comment la bulle va se dégonfler » recommande aux particuliers de ne pas acheter. « Je conseillerais même aux propriétaires de vendre leur bien avant l’éclatement de la bulle et de louer. » En conclusion, l’économiste s’adresse aux politiques : « L’Etat et les collectivités doivent cesser d’entretenir le marché de l’immobilier par des niches fiscales ou par la construction. Ils participeront ainsi au dégonflement de la bulle. » Un message que nos élus calédoniens feraient également bien d’entendre ?

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s