Que reste-t-il du Rassemblement ?

Que reste-t-il du Rassemblement ?

Après la claque des législatives de 2012, ce premier tour des municipales 2014 confirme le recul du parti de Pierre Frogier. Tant dans le Grand Nouméa qu’en Brousse où ce mouvement n’est plus que l’ombre de lui-même…

 

 

La descente aux enfers électoraux n’a visiblement plus de limites pour le Rassemblement qui, même renforcé par d’autres mouvements au sein du Front pour l’unité (FPU), affiche plus que jamais des résultats en baisse un peu partout. Nouméa est bien évidemment un symbole, avec cette claque reçue – même si elle était attendue – par Gaby Briault. Mais du côté du Mont-Dore et plus encore à Dumbéa, on pouvait s’attendre franchement à autre chose que ces scores et ces seconds tours.

Dans son bastion, Eric Gay a donc recueilli 4 815 voix (43,34%), mais il fait à peine mieux qu’en 2008 (4 700 voix pour 55,96%) alors que Monique Jandot, avec 3 600 suffrages (32,4%), fait beaucoup mieux que Jean-Yves Maléjac en 2008 (2 069 voix pour 24,63%). Bien évidemment, le maire sortant possède de l’avance, mais il s’attendait sûrement à autre chose que cette triangulaire avec Calédonie ensemble et l’UC-FLNKS. A Dumbéa, la surprise est encore plus importante puisque Georges Naturel a glané 3 689 voix (37,46%) et qu’il devance Bernard Marant (2 568 pour 26,08%), Gil Brial (1 559 pour 15,83%) et Muriel Malfar (1 038 voix pour 10,54%). Or, en 2008, le même Naturel avait recueilli 2 940 voix (43,21%), juste devant le maire sortant de l’époque (2 135 voix pour 31,38%). Certes, les maires du Mont-Dore et de Dumbéa ont progressé en voix, mais ils ont régressé en matière de pourcentage des exprimés.

Plus présent dans certaines communes

En Brousse, la faillite du Rassemblement est encore plus éloquente. A La Foa, par exemple, le parti de Pierre Frogier est passé de 502 voix en 2008 (Christophe Dabin) à 118 voix cette année (Jean-Paul Paarua). A Bourail, en 2008, Guy Moulin (770 voix pour 29,51%) et José Blum (494 pour 18,93%), les deux candidats RUMP, affichaient donc un total de 1 264 suffrages. Cette année, Nadir Boufenèche recueille 606 voix, soit moitié moins qu’il y a six ans. A Boulouparis, le recul est également au rendez-vous pour Alain Lazare, seulement 698 voix (34%) cette année contre 1 074 (62,62%) en 2008. De plus, dans certaines communes de la Province nord, le parti de Pierre Frogier ne présente plus de candidats, contrairement à Calédonie ensemble qui demeure, aujourd’hui, le seul parti non-indépendantiste qui peut se prévaloir d’une implantation sur l’ensemble du pays, dans les trois Provinces.

Le Rassemblement, lui, doit maintenant se préparer, au sein du Front pour l’unité, à se lancer dans la bataille des provinciales, très affaibli et psychologiquement atteint. Il n’est plus le leader de son camp, loin s’en faut, et peut légitimement se demander ce que lui réserve ce scrutin du 10 mai. Sûrement une troisième place derrière Calédonie ensemble et l’UCF en Province sud… On voit mal, en effet, comment Cynthia Ligeard pourrait faire mieux que Gaby Briault à Nouméa…

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s