Martin sauve les meubles

Martin sauve les meubles

Le maire de Païta a eu très chaud, mais il conserve finalement son fauteuil en devançant de plus de 200 voix Frédéric de Greslan. Un succès très étriqué…

 

Harold Martin avait rassemblé toutes ses troupes au centre socio-culturel de Païta. Il y avait là Sylvie Robineau, sa « ministre », Philippe Mouton, son directeur de cabinet au gouvernement, Marc Spisser, son communicant, sans oublier Danilo Guépy et Olivier Ciry, les hommes de la Sécurité civile, et aussi la directrice du Rivland. Bref, le maire sortant avait besoin de soutien, et tout le monde avait donc répondu présent.

Longtemps, ces nombreux visages ont été tendus, tantôt au téléphone, tantôt les yeux rivés sur les premiers résultats. Le duel était si serré que même Harold Martin n’en menait pas large, allant et venant avec un visage aux traits tirés. Et puis vers 20 heures, tout s’est décrispé d’un coup dans les rangs des fidèles du maire qui a donc remporté ce scrutin aux forceps (3 757 voix) contre Frédéric de Greslan (3 471). Moins de 300 voix d’écart, un score qui souligne encore l’indécision de cette élection et qui confirme qu’Harold Martin ne va plus pouvoir être aussi absent dans sa commune.

Vous nous direz, dans le courant du mois de juin 2014, il n’est plus du tout certain qu’il sera encore président du gouvernement, il devrait donc pouvoir trouver du temps pour mieux s’occuper de ses administrés. Frédéric de Greslan, quant à lui, a maintenant six ans pour se faire les dents dans l’opposition.

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s