Radiations : une justice à deux vitesses

Radiations : une justice à deux vitesses

La polémique sur les radiations de la liste spéciale demandées par les indépendantistes est loin d’être terminée. En effet, les décisions des juges du Nord qui ont fait leur travail vont conduire à 90% des radiations demandées alors que dans le Sud, où rien n’a été fait pour chercher les éléments demandés, le résultat sera inverse. Troubles provinciaux ?

 

Dans les colonnes de Demain, George Pau-Langevin précisait : « Je suis très attachée, compte tenu de l’enjeu particulier que représentent ces élections provinciales du 11 mai, à ce que ce processus soit indiscutable et reconnu comme tel par tous ». Aujourd’hui, la ministre des Outre-mer peut légitimement se demander si le processus électoral sera effectivement imparable et avalisé par tout le monde. En effet, les verdicts du Tribunal de première instance vont davantage indisposer les indépendantistes que les apaiser.

Car la justice du Nord est loin d’avoir les mêmes sentences que celle du Sud. A Koné, les juges Rodriguez et Frezet ont estimé que les dossiers ne pouvaient pas être jugés en l’état, ils se sont donc mis en quête des éléments nécessaires, à savoir des fichiers de l’Institut de la statistique et des études économiques (ISEE), la liste électorale générale de février 1998 et certaines pièces auprès des mairies concernées. Résultat de ce travail effectué comme il se devait : près de 90% des 201 demandes de radiation ont abouti.

Vers des recours lors des provinciales ?

A Nouméa, rien de tout cela. Pas la moindre recherche de la part des juges pour trouver les mêmes éléments que ceux dégotés par leurs homologues du Nord. Le résultat devrait donc être inverse, à savoir très peu de radiations sur les 5 407 cas recensés par les indépendantistes. Mais qu’en aurait-il été si les mêmes méthodes avaient été utilisées par les magistrats du Sud ? Sans doute un tout autre résultat. Et c’est bien là que nous allons nous retrouver dans une nouvelle impasse.

Comme quelques autres, le FLNKS et le Parti travailliste vont parfaitement comprendre que les décisions du Nord attestent du bien-fondé de leur démarche et que celles du Sud révèlent des comportements pour le moins contestables. Dans ce contexte, il y a fort à parier qu’une épée de Damoclès plane déjà au-dessus des élections en Province sud où il pourrait être question de recours. Dans la balance, il y a en effet près de 5 000 voix toujours remises en cause qui, si elles avaient été étudiées comme les juges l’ont fait dans le Nord, auraient peut-être connu un autre sort.

Force est de constater, aujourd’hui, que le Tribunal de première instance n’a rien réglé, mais que l’instance de Koné a conforté les indépendantistes. En attendant le troisième round de ce duel, devant la Cour de cassation, il faut d’ores et déjà appréhender un avenir de plus en plus exacerbé par cette controverse. George Pau-Langevin, avocate de formation, ne pouvait rêver de meilleure entrée en matière dans les affaires calédoniennes. Plus discutables et litigieuses que jamais…

Th. S.

3 réflexions sur “Radiations : une justice à deux vitesses

  1. Pingback: Lu dans Les Nouvelles du week-end | l'Eveil calédonien

  2. Pingback: Preparing self-determination: crucial elections in New Caledonia, 11 May 2014 – PART 1 (EN) | Sogip

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s