Martin les a donc sacrifiés

Martin les a donc sacrifiés

Les provinciales 2014 marquent sans doute la fin d’un parti. En effet, l’Avenir ensemble ne pourra pas survivre à un scrutin qui voit le président du gouvernement rallier la liste de Cynthia Ligeard en excluant les autres élus de son parti. Un sacrifice sur l’autel de drôles d’ambitions personnelles. Perspectives…

 

Harold Martin a donc fait des pieds et des mains pour trouver une place sur la liste du Rassemblement-FPU en Province sud. Un courrier, d’abord, qui a créé moult tensions avec Pierre Frogier. Des menaces, ensuite, de partir tout seul davantage dans l’esprit de faire perdre que de gagner. Et une victoire, enfin, avec cette sixième place trouvée pour le maire de Païta. Mais rien pour tous les autres élus de l’Avenir ensemble, à savoir Isabelle Ohlen, Sylvie Robineau et Pascal Vittori.

Sur cette liste du Rassemblement-FPU, le président du gouvernement est seulement accompagné par Alosio Saliga, Willy Gatuhau et un autre représentant de la communauté wallisienne et futunienne. Pour diverses raisons, les trois exclus doivent se rendre compte aujourd’hui de l’esprit très solidaire d’un leader qui préfère désormais la navigation solitaire pour encore tenter d’exister sur le devant d’une scène politique sans laquelle il n’est rien. Chacun notera d’ailleurs que si Eric Gay et George Naturel ont décidé de se consacrer seulement à leur mairie, au Mont-Dore et à Dumbéa, ce n’est pas le cas du maire de Païta à qui on a pourtant reproché les si nombreuses absences.

Que va apporter le maire de Païta ?

Or, il faut bien évidemment se demander aujourd’hui ce qu’ont réellement gagné Harold Martin et le Rassemblement-FPU dans cette affaire. Primo, le président du gouvernement en sixième position, cela fait plutôt chiche pour un élu aussi expérimenté, d’autant qu’il est devancé par deux jeunes – Grégoire Bernut et Thierry Santa – qui n’ont jamais affronté directement le suffrage universel. De plus, une fois ce scrutin passé, quelles seront les nouvelles ambitions d’un maire de Païta qui doit davantage sa place à Pierre Frogier, qu’on a vu souvent du côté de la rue des artifices ces derniers jours, qu’à Cynthia Ligeard.

Car la tête de liste du Rassemblement-FPU se retrouve bien confrontée désormais à de sacrées contradictions avec la présence d’Harold Martin. N’avait-elle pas clamé, lors de la « Fête de l’unité », qu’il n’y aurait pas d’élu expérimenté aux places éligibles ? Si, et nous en avions parlé. En outre, elle avait également déclaré, lors de sa « bougna party », que le renouvellement des générations était un vrai pari. Mais l’exception Martin est donc venue troubler les cartes de ce jeu.

Au fait, avec un parti désormais scindé, qui souffrait déjà d’une certaine désaffection, que va apporter le maire de Païta à sa liste ? Les 2 600 voix de son premier tour dans sa commune ? Sans doute, car on ne voit guère ce qu’il pourrait amener d’autre, tant son action à la tête du gouvernement a été critiquée voire décriée. Il n’est donc pas certain qu’Harold Martin soit réellement un plus. Seule certitude, il amène effectivement de l’expérience à une liste qui en manque beaucoup.

Th. S.

4 réflexions sur “Martin les a donc sacrifiés

  1. Martin semble être un fardeau pour la Nouvelle Calédonie, à ce jeu « qui perd gagne », c’est l’avenir ensemble qui gagne et peut renouer avec un succès basé sur de hautes valeurs morales. Les calédoniens sont en recherche de nouveaux moteurs sans casseroles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s