Wamytan : « S’il faut travailler avec Philippe Gomès, on le fera »

Wamytan : « S’il faut travailler avec Philippe Gomès, on le fera »

La tête de liste indépendantiste en Province sud s’est exprimée ce lundi 21 avril dans le cadre de la clôture des trois journées du Mouvement nationaliste à Nouville. L’occasion, pour le président du Congrès, de rappeler certains fondamentaux et d’évoquer quelques perspectives…

 

Roch Wamytan aux côtés d'Anthony Lecren, son directeur de campagne.

Roch Wamytan aux côtés d’Anthony Lecren, son directeur de campagne.

 

l’Eveil : Etre le premier indépendantiste à conduire une liste unitaire depuis plus de vingt ans, cela vous impose de nouvelles responsabilités ?

Roch Wamytan : Peu importe les personnes, l’essentiel est maintenant de porter un même message auprès des électeurs de la Province sud. Il était important de rassembler nos militants et nos élus, c’est un symbole fort. Pour pleinement mobiliser, nous avions besoin de cette liste unitaire. Nous allons pouvoir quadriller l’ensemble de la Province sud.

Quelles sont les grandes lignes de ce programme unitaire ?

L’amélioration des conditions de vie des populations, ce qui passe par la lutte contre la vie chère, la réduction des inégalités, mais aussi par une modernisation de l’économie. Nous avons un potentiel important avec le nickel, une ressource qu’il ne faut pas gaspiller. Il est important de la maîtriser. Aujourd’hui, la Province sud fait en sorte que nos richesses profitent à d’autres. Cela doit changer.

Si Calédonie ensemble remporte ce scrutin en Province sud, cela vous amènera sans doute à travailler avec Philippe Gomès qui a tant fustigé votre coalition avec le Rassemblement et le double drapeau. Cela vous poserait un problème ?

Nous n’avons pas d’états d’âme, seul l’intérêt des populations compte. S’il faut travailler avec Philippe Gomès, on le fera. Si c’est avec un autre, nous le ferons également.

Avec cette liste unitaire, vous pouvez briguer la majorité au Congrès, cela vous fait peur ?

Pas du tout, c’est notre objectif. Cela nous permettra d’accélérer le processus et de finaliser l’Accord de Nouméa, notamment le transfert de l’article 27, afin de préparer au plus vite le référendum dans les meilleures conditions. Ce référendum, on va le gagner, mais il faut d’abord remporter les provinciales.

Pendant que certains parlent encore de l’Europe et de la France, vous préférez insister sur la zone Pacifique. Pour quelles raisons ?

L’Europe est vieillissante, ce n’est pas là-bas, à plus de 20 000 kilomètres, que se trouvent nos raisons d’espérer. Le centre de la croissance mondiale, aujourd’hui, c’est le Pacifique, là où nous sommes. Ce n’est pas moi qui le dit mais Barack Obama, le président des Etats-Unis. Nous devons donc tout mettre en œuvre pour nous insérer dans ce marché en pleine expansion.

Propos recueillis par Th. S.

3 réflexions sur “Wamytan : « S’il faut travailler avec Philippe Gomès, on le fera »

  1. Bien sûr que tôt,ou tard, ils travailleront ensemble, n’en déplaise à une certaine « alliance  » ne veut plus discuter
    au nom d’une certaine assurance instutionnelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s