Patiente passion

Patiente passion

CinePromessePapPatrice Leconte est de retour avec un projet original : son premier film en langue étrangère – ici, l’anglais. En 2012, il nous avait déjà étonnés avec un pur film d’animation « Le magasin des suicides », nous ayant laissés sur notre faim scénaristique. Nouveau film donc (alors qu’il annonce sa retraite cinématographique depuis quelques années) avec une adaptation littéraire de Stefan Zweig « Voyage dans le passé ». C’est pourquoi l’on s’attendait à un opus majeur du genre « Le mari de la coiffeuse », « Tandem », voire « Ridicule ».

A la veille de la guerre de 1914,un jeune homme pauvre mais intelligent devient le secrétaire particulier d’un sidérurgiste allemand de la Ruhr. Ce dernier, vieillissant et malade, a une jeune épouse. On devine la suite, le trio est formé et le destin en marche. Une situation classique déjà vue partout (littérature et cinéma). Evidemment, l’étiquette de ces grands bourgeois transforme cette flamme en amour impossible. De plus, cette passion platonique est incroyablement patiente chez les deux jeunes gens épris.

Exilé au Mexique, le jeune homme se raccroche à la promesse de la jeune femme de l’attendre… La nouvelle est bien transcrite, les images sont aussi superbes que les décors et l’amour pudiquement transi des deux tourtereaux est subtil. Les plus grandes actions du film résident dans des regards discrets, des frôlements ténus de mains et un vase qui tombe à terre. Amateurs de sensations fortes s’abstenir. Autre bémol, tout le monde parle anglais avec l’accent d’Oxford alors que l’action se passe en Allemagne et que tous les protagonistes sont Allemands (??).

Cependant, si l’on aime cette atmosphère romantique chère au réalisateur James Ivory, on sera comblé par la mise en scène et le classicisme du script. L’interprétation d’Alan Rickman (le mari) et de Rebecca Hall (la jeune épouse) est parfaite, le jeune Richard Madden étant plus tendre et moins convaincant malgré ses beaux yeux bleus. Une belle réalisation, donc, qui est la promesse d’une séance agréable à l’œil quoiqu’un peu surannée comme ce cinéma d’un autre âge.

Rolross

UNE PROMESSE de Patrice Leconte – France/Belgique/GB – Drame avec Rebecca Hall, Richard Madden, Alan Rickman, Maggie Steed – 1 h 38VOSTF. Film parrainé par la Province sud dans le cadre de l’opération CINESUD.

SmileyRire

 

 Pour les amoureux de Zweig et de Platon !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s