Valls annonce les douleurs

Valls annonce les douleurs

Dans un courrier daté du 28 avril, le Premier ministre écrit aux députés de la majorité socialiste pour leur rappeler l’importance du pacte de responsabilité et l’état d’un pays qui a davantage l’embarras que le choix. Vérités…

La majorité socialiste va-t-elle suivre Manuel Valls ? Réponse cette nuit  à l'Assemblée nationale...

La majorité socialiste va-t-elle suivre Manuel Valls ? Réponse cette nuit à l’Assemblée nationale…

Quatre pages, c’est ce qu’il fallait pour permettre à Manuel Valls de rappeler les enjeux de la période actuelle et ce nécessaire besoin de remettre les pieds sur terre. Avec un programme de réformes, présenté cette nuit pour nous à l’Assemblée nationale, qui est qualifié de capital : « C’est un moment important. Déterminant même, pour la réussite de notre pays. C’est un moment de vérité. »

Et pour enfoncer un peu plus le clou, le Premier ministre choisit de parler vrai, chiffres à l’appui. « Mais je dois aussi la vérité aux Français sur la situation de nos comptes publics. La dette, qui représentait 65% du PIB en 2007, a atteint 90% en 2012. Chaque année, les seuls intérêts nous coûtent 45 milliards d’euros, ce qui limite d’autant nos marges de manœuvre. Le dépense publique représente 57% de la richesse nationale. Nous devons cesser de vivre au-dessus de nos moyens. »

Sur le bon chemin ?

Ce plan, prévu sur trois ans, va donc s’articuler autour de quatre axes majeurs. « 50 milliards d’euros d’économies sur les dépenses publiques entre 2015 et 2017, c’est la feuille de route impérative fixée, il y a quatre mois, par le président de la République. 18 milliards d’euros porteront sur l’Etat et 11 milliards sur les collectivités territoriales. La stratégie nationale de santé permettra de gagner 10 milliards d’euros sur l’assurance-maladie sans réduire la qualité des soins. Enfin, 11 milliards d’économies seront réalisées sur la gestion du système social. »

Quelles seront les éventuelles incidences pour la Nouvelle-Calédonie, qui fait partie de ces collectivités appelées à se serrer la ceinture ? L’avenir nous en dira sûrement plus sur le sujet lorsque les contours de ce plan seront clairement établis. En attendant, il serait présomptueux de croire que nous allons échapper à cet effort national. Mais comme nous l’avons déjà moult fois écrit, si l’Etat ne donne pas l’exemple, en se serrant lui aussi la ceinture, les Français n’adhèreront pas à cette diète pourtant inévitable. Et avec l’affaire Aquilino Morelle, on ne peut pas dire que nous soyons sur le bon chemin, bien chaussés pour atteindre les objectifs fixés par Manuel Valls.

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s