Province nord : des communes emplies de surprises et de reports

Province nord : des communes emplies de surprises et de reports

La faible participation et l’érosion de l’électorat du Parti travailliste ont marqué ce scrutin dans le Nord. Toutefois, d’autres découvertes sont notables, qui peuvent se décrypter au travers du comparatif entre le scrutin de 2009 et celui de 2014, mais aussi d’une observation attentive des résultats des municipales. Paramètres…

 

1NordBelep

 

Dans la commune la plus au Nord de la Grande Terre, on ne peut pas expliquer autrement la fulgurante ascension de l’UC-FLNKS que par le report massif des voix de la FCCI qui, en 2009, avait recueilli 173 voix à Belep. Sans doute que l’UNI en a également un peu profité mais dans une bien moindre mesure.

 

2NordCanala

 

Dans son fief, Gilbert Tyuienon cartonne, réalisant un bien meilleur score qu’en 2009 mais aussi un meilleur total que son premier tour municipal le 23 mars dernier (1 135 voix). A Canala, les voix de la FCCI (271 en 2009) se sont reportées en nombre sur la liste du Parti travailliste où l’on trouvait Gaetan Dohouade, l’ancien bras droit de Léopold Jorédié.

 

3NordHouailou

 

Le symbole de la régression du Parti travailliste se trouve sûrement dans cette commune où la liste menée par Rock Doui avait récolté 304 voix. De plus, lors du premier tour des municipales, Georges Mandaoué avait recueilli 362 voix qui, un peu plus d’un mois après, se sont réduites comme une peau de chagrin. Et franchement, pour trouver une explication rationnelle, il faut se lever tôt…

 

4NordKoné

 

Dans la capitale de la Province nord, de nombreuses voix non-indépendantistes se sont perdues en route et sont sans doute aller rejoindre la liste de Paul Néaoutyine. En effet, lors du premier tour des municipales, Gérard Poadja avait récolté 741 voix auxquelles on pouvait également rajouter les 205 de Patricia Coulon. Or, les deux listes non-indépendantistes de ce scrutin n’ont recueilli que 652 suffrages. On peut donc penser que le score en hausse de l’UNI peut provenir de ce réservoir.

 

 

5NordKoumacDans le fief du veux Robert Frouin, il s’est tramé sans doute un peu le même scénario qu’à Koné. En effet, les listes de Gérard Poadja et de Francis Euriboa réalisent un total de 911 voix alors que lors du premier tour des municipales, Wilfried Weiss (628), Pierre Delhumeau (585) et Eric Gravina (236) avaient récolté 1 449 suffrages. Et à Koumac, comme par hasard, et l’UNI et l’UC-FLNKS ont beaucoup progressé, ce qui laisse à penser que des voix des trois listes non-indépendantistes des municipales se sont reportées sur Paul Néaoutyine ou Gilbert Tyuienon.

 

6NordPoindimié

 

La progression du président sortant de la Province nord, dans son fief, est impressionnante puisqu’il réalise un meilleur score qu’aux municipales (1 591 voix). Et comme on s’aperçoit que les deux listes non-indépendantistes ne recueillent que 450 voix, alors que Bernard Nenou, lors des municipales, avait recueilli 1 064 suffrages, on peut penser que l’UNI a récupéré quelques-unes de ses voix au passage, tout comme il a dû reprendre les nombreuses voix perdues par le Parti travailliste.

7NordPonérihouen

 

Le Parti travailliste a également beaucoup perdu dans cette commune. Par rapport à 2009, mais aussi par rapport au premier tour des municipales lors desquelles Hubert Naaoutchoue avait récolté 359 voix. Hasard ou pas, c’est encore Paul Néaoutyine qui progresse le plus dans ce contexte de régression du parti de Louis Kotra Uregeï. D’un point de vue général, on peut d’ailleurs penser que l’UNI a récupéré en 2014 de nombreuses voix perdues en 2009 qui avaient fait le bonheur du Parti travailliste.

8NordPouebo

 

Le Parti travailliste est encore celui qui est le plus meurtri dans cette commune, perdant énormément en cinq ans. En outre, lors du premier tour des municipales, Rock Doui avait recueilli 273 voix, un score supérieur à celui enregistré par Georges Mandaoué à l’issue de ces provinciales.

 

9NordPouembout

 

Voilà sans doute la commune qui souligne le plus les dissensions au sein de l’Union calédonienne. En effet, la liste de Gilbert Tyuienon fait moins bien qu’en 2009 mais elle est surtout loin d’atteindre les scores réalisés lors des municipales. En mars, en effet, Jean Naouna avait récolté 326 voix et Martine Bertoni 192 voix, soit un total de 518 voix. Or, avec seulement 189 suffrages, la tête de liste UC-FLNKS en est loin, très loin. Et à Pouembout, l’UNI réussit une belle progression. Est-ce surprenant ?

7 réflexions sur “Province nord : des communes emplies de surprises et de reports

  1. Et comme on s’aperçoit que les deux listes non-indépendantistes ne recueillent que 450 voix, alors que Bernard Nenou Timnas , lors des municipales, avait recueilli 1 064 suffrages, on peut penser que l’UNI a récupéré quelques-unes de ses voix au passage, tout comme il a dû reprendre les nombreuses voix perdues par le Parti travailliste.

    • Très juste, Nénou a fait voter Néaoutyine, c’était le deal secret entre Néaoutyine et Gomés, avec la bénédiction de l’Etat.

      • Oui, c’est évident que Gomes a volé au secours de son copain gravement en danger c’est pour cela qu’il manque beaucoup de voix CE à Koné et Poindimié. Il faut pas nous prendre pour des imbéciles. Gomes est socialiste et indépendantiste, tout le monde le sait !
        Bravo l’UCF d’avoir divisé e fait perdre le Rassemblement

      • C’est tout simplement la reconnaissance d’un travail et l’unité d’un peuple qui se renforce. Si tu veux avancé sur ta route Jojo je te conseille de réapprendre à être sain et va un peu à l’église prier ça fait un Bien fou….

      • Bravo à l’UCF et a ces dirigeants électoralistes un peu racistes et souvent néocolonialistes de nous avoir permis de constater le nombre de gens qui ont mangés la salade périmé qui n’a d’autre issu que l’ineluctable marginalisation des loyalistes sans roi.On c’est combien il sont dans le corp spécial… Ceux qui n’y sont pas encore ben il faut atteindre 10 ans tout simplement. respectons la parole de l’accord…

  2. N’oubliez pas également que la majorité des électeurs interdits de voter aux provinciales, mais qui ont voté aux municipales, sont plutôt anti-indépendantistes : en étudiant les listes d’émargement des 2 élections, vous constaterez qu’une partie des « exprimés » des municipales avait disparu des listes provinciales. Sont concernés des médecins, enseignants, techniciens, petits entrepreneurs … présents depuis 6. 10, 14 ans sur le territoire … qui participent au développement économique, santé, éducation de la province, impliqués car propriétaires de leurs logements mais … exclus de ce vote.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s