Quelques futurs points de tensions et de crispations

Quelques futurs points de tensions et de crispations

La mandature qui s’ouvre va sans doute être marquée par un drôle de jeu d’alliances de circonstances. D’autant que de nombreux dossiers vont poser problème. Inventaire en quatre points symboliques…

 

Le nickel : voilà sans doute le point le plus divergent au sein du camp non-indépendantiste. Si Calédonie ensemble plaide la cause d’une prise de majorité dans la SLN et d’une remise en cause du protocole d’accord Prony-Pernod, le FPU et l’UCF ont déjà fait savoir qu’ils souhaitaient le statu quo pour la Société le nickel et qu’ils avalisaient la démarche de Cynthia Ligeard pour les deux pépites du Grand Sud. Dans ce contexte, le parti de Philippe Gomès semble avoir davantage de proximités avec les indépendantistes, d’autant plus qu’il défend également la stratégie offshore de la SMSP pour le traitement des minerais pauvres.

Les squats : ces trois dernières années, la réhabilitation de l’habitat précaire initiée par Pierre Frogier n’a cessé d’être vilipendée par Calédonie ensemble. Durant la campagne des provinciales, dans le squat Kawati, des voix se sont même élevées pour dénoncer les conditions dans lesquelles sont installés des blocs sanitaires qui coûtent très cher. Le Front pour l’unité peut-il accepter de se dédire sur cet autre dossier emblématique, au profit du parti de Philippe Gomès ? Rien n’est moins sûr…

La TGA : reportée après son zéro pointé au Congrès, le projet de loi du pays porté par Sonia Backes va-t-il ressortir du placard dans le cadre de la réforme de la fiscalité ? Voire… Calédonie ensemble n’est pas un fervent partisan de cette taxe alors que tous les autres partis veulent l’instaurer, mais avec des modalités qui diffèrent selon les chapelles politiques. Pour quel résultat ? Sans doute de nouveaux épisodes institutionnels truculents… Car il va bien falloir trouver les moyens de remplir des caisses vides.

Le transfert de l’article 27 : optionnel pour les uns – qui veulent mettre un coup d’arrêt aux transferts – mais obligatoire pour les autres – qui estiment qu’il rentre dans le cadre de l’application pleine et entière de l’Accord de Nouméa –, ce transfert de compétences est sans doute le sujet qui va causer le plus de tourments dans les discussions à venir. Entre l’UCF qui n’en veut pas et le FLNKS qui en a fait une priorité, Calédonie ensemble n’a jamais exprimé clairement son avis sur ce dossier. Mais demain, lorsque les institutions seront en place, il faudra bien trouver un consensus minimal. Dans le cas contraire, il est fort possible que les tensions s’exacerbent. Et donnent lieu à quelques dérapages incontrôlés…

Th. S.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s