Le règne du Grand Nouméa

Le règne du Grand Nouméa

Selon les résultats du scrutin provincial du 11 mai, dans le Sud, les partis non-indépendantistes sont très largement implantés dans les quatre communes du Grand Nouméa avec des pourcentages allant de 85% (Calédonie ensemble) jusqu’à près de 92 % (Union pour la Calédonie dans la France). Les deux tiers de l’électorat indépendantiste y est représenté. Pour la seule commune de Nouméa, les non-indépendantistes y rassemblent entre 42% (Front pour l’unité) et près de 62% (UCF) dont l’ancrage nouméen est sans pareil. Comme on peut s’y attendre, les indépendantistes regroupent, dans la capitale, seulement 28% de leur électorat.

TableauGrandNouméa

Au delà de ces chiffres, des comparaisons et du truisme suivant – il y a une très nette représentation des non-indépendantistes dans Nouméa et le Grand Nouméa –, la première explication s’impose d’elle-même par la démographie et la concentration de la population d’origine européenne dans l’aire concernée. Cet état de fait s’est prolongé jusque dans la composition des listes où la sur-représentation des candidats résidant dans la dite-zone est remarquable. Les habitants de Brousse et en particulier de l’Intérieur de la Province sud y sont quasiment absents. Enfin, cette tendance se confirme par l’appartenance socio-professionnelle des candidats très majoritairement issus du secteur des services. Là aussi, les représentants du monde agricole, de l’artisanat, de l’élevage, de la petite entreprise et du petit commerce ont disparu, à de très rares exceptions près.

Dans de telles conditions, comment prendre en compte la diversité des attentes et des problématiques à l’échelle de toute la Province sud quand ses élus sont massivement issus d’une petite portion de son territoire ? Comment tenir compte des réalités de l’ensemble des populations quand sa représentation est largement blanche, fonctionnarisée et « métropolisée » ? Comment incarner une vision provinciale dans l’action publique lorsque celles et ceux chargés de la mettre en œuvre     ont le dos tourné à leur territoire, voire à leur pays ? Autant de légitimes questions qui devront trouver des réponses…

Le Zélateur Masqué

4 réflexions sur “Le règne du Grand Nouméa

  1. analyse un peu bizzare !!! quel avenir professionnel pour Les blancs/métros/fonctionnaire ou pas en province nord ,en province des iles ? aucun…….je crois.de plus beaucoup d’indépendantistes vivant sur le grand noumea votent en dehors.

  2. Martine Lagneau est originaire de Bourail, Nicolas Metzdorf est un jeune de Poya sans oublier Mme Voisin qui est maire de La Foa, la brousse est quand même présente dans les sièges de l’assemblée, ces élus seront leurs porte-paroles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s