Au-delà de la répartition des postes, quel projet ?

Au-delà de la répartition des postes, quel projet ?

Si Calédonie ensemble, le Front pour l’unité et l’Union pour la Calédonie dans la France ont finalement trouvé un accord à la veille de l’élection à la présidence de la Province sud, on se demande bien sur quoi, mise à part la distribution des fauteuils, ils ont pu trouver des points de convergence.  

RépartitionProjetUne

La Province sud pour Calédonie ensemble, avec Philippe Michel à la présidence et deux vice-présidences ; le gouvernement au FPU avec Cynthia Ligeard à la tête de l’exécutif et trois ministres Calédonie ensemble ; le Congrès à l’UCF avec Gaël Yanno sur le perchoir de l’hémicycle du boulevard Vauban et un élu Calédonie ensemble à la présidence de la Commission permanente… Comme nous l’avions annoncé hier, telle est donc la répartition magique qui satisfait les trois partis non indépendantistes. Il a fallu quatre jours pour boucler cette nouvelle partition mais on peine toujours, malgré tout, à deviner ce qui bien réunir politiquement ces trois anciens rivaux de scrutin.

Se répartir des postes, c’est une chose… Recaser le maximum de collaborateurs, c’en est une autre… Mais se regarder les yeux dans les yeux et scruter l’avenir avec les mêmes intentions, cela ne relève plus du simple jeu des chaises musicales. C’est une autre affaire qui, lorsqu’on prend la peine de relire les programmes de campagne des trois partis concernés ainsi que leurs emblématiques slogans, semble difficilement conciliable entre ces nouveaux partenaires, tant leurs projets de société sont dissemblables. Dans ce contexte, comment trouver un minimum vital pour permettre à cette entente de durer ? Nul doute que les leaders de Calédonie ensemble, du FPU et de l’UCF profiteront de l’occasion, vendredi 16 mai, pour en dévoiler un peu plus sur le sujet.

En attendant, lorsque le pacte républicain avait été scellé en 2009 entre le RUMP (présidence de la Province sud), Calédonie ensemble (présidence du gouvernement) et l’Avenir ensemble (présidence du Congrès), quelques observateurs avaient déjà émis des doutes sur la durée de vie de ce trio. Pourtant, la situation était bien moins délicate et déterminante que celle qui débute désormais. Il n’empêche, deux ans après, le parti de Philippe Gomès avait quitté cette majorité de circonstances pour rejoindre une opposition qui lui a permis de prendre, depuis 2011, le leadership de son camp. Aujourd’hui, alors que les secousses s’annoncent nombreuses et variées, que certains choix seront drastiques, les dangers semblent omniprésents qui risquent de perturber très rapidement les relations de ce nouveau trio. Vous avez dit nouvelle version locale pour un cheval de Trois calédonien ?

Th. S.

Une réflexion sur “Au-delà de la répartition des postes, quel projet ?

  1. Vous avez dit nouvelle version locale pour un cheval de Trois calédonien ? »

    Reste à savoir qui se dissimule en embuscade dans ce cheval (de Troie ou de 3).
    Il faut souhaiter également que la mobylette ne soit pas atteinte du syndrome du « hollandisme », autrement dit faire une politique qui consiste à casser systématiquement tout ce qui a été fait par l »équipe précédente.
    Dans le camp loyaliste ce ne seront plus des élus (ues) que nous aurons, mais des mutants. Comme les araignées, ils leur faudra huit pairs d’yeux pour déjouer les peaux de bananes qui joncheront les couloirs des institutions politique, puis aussi une bonne carapace pour se parer des coups de poignard dans le dos.
    Déguisements garantis : Tortues Ninja Vs Spiderman !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s