Contrevérités récurrentes

Contrevérités récurrentes

Par Luc Tournabien *

J’ai été navré d’entendre, jeudi soir, lors de l’émission « Regards Croisés », des contrevérités récurrentes à  l’encontre de la liste UC-FLNKS Province nord.Gonzague de la Bourdonnaye a expliqué par deux fois que nous avions parlé, lors de notre campagne, « d’éradiquer le PALIKA » (sic), la version du tract UNI était « écraser l’UNI ».Je témoigne ici que cette campagne s’est dirigée uniquement sur le programme et ses thématiques, et sans invectives.

Je vous renvoie à ma réponse sur le blog de l’UNI (citoyensuninord.over-blog), le soir de la parution du tract de l’UNI, jeudi dernier, et disparue peu après, du fait de la fin de campagne ; la voici :« Bonjour aux camarades de l’UNI,nous souhaitons dire aux camarades du PALIKA, de l’UNI ou à d’autres indépendantistes que nous sommes bel et bien des partenaires vers l’indépendance, et des concurrents pour cette élection. En aucun cas des ennemis. Même nos adversaires de droite n’en sont pas. Nous travaillerons encore ensemble à la province vers ce but prochainement, quels que soient les résultats. Gardons tous la tête froide.Nous n’avons aucun souvenir de tels propos. Il est regrettable que le militant qui a fait ce « tract réponse » ait pris prétexte de cette idée fausse pour … faire un peu ce qu’il dénonce, c’est à dire invectiver une personne d’une liste concurrente.Bonne fin de campagne à vous. »

A noter que ce tract, distribué aux militants lors du meeting de clôture de l’UNI à Poindimié, et donc répandu sur tout le Nord ensuite, ne pouvait faire l’objet légalement de véritable réponse de notre part, car dès le soir à minuit, il était interdit de distribuer des tracts et de modifier des sites Internet.Il est utile de rappeler, dans ce contexte, l’article L48-2 du code électoral : « Il est interdit à tout candidat de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale à un moment tel que ses adversaires n’aient pas la possibilité d’y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale. »

Les propos de cette Tribune n’engagent que leurs auteurs.

* Directeur de campagne de la liste UC-FLNKS en Province nord.

10 réflexions sur “Contrevérités récurrentes

  1. Il serait bon de déposer un recours en annulation de l’élection en province Nord car en effet, le code électoral précise qu’on ne peut distribuer un tract sans possibilité de répondre. Et les accusations contre Gilbert Tuyenon sont graves et il n’a pu s’expliquer.

  2. On devrait aussi déposer un recours en annulation parce qu’un des candidats a pété très fort pendant le débat de RFO sur la province-Nord, empêchant les téléspectateurs d’entendre les arguments des autres candidats….

  3. Je viens de regarder l’émission (pas folichonne au début d’ailleurs). Les journalistes ont effectivement évoqué à deux reprises une fin de campagne violente entre l’UC du Nord et le Palika UNI. Monsieur Luc Tournarien , qui essaie sans doute de justifier un ratage flagrant de fin de campagne (je ne suis pas sûr que les vrais militants indépendantistes aient apprécie ce langage violentf) en détournant l’attention , avait parfaitement le temps de réagir à ce tract le vendredi. Cela s’appelle la réactivité et c’est normalement le devoir d’un bon dirigeant de campagne. C’est ce qu’on appelle un ratage complet et cela a probablement fait perdre des voix à l’UC.

    • La campagne violente et diffamatoire, elle a clairement été du côté de l’UNI. J’ai eu plusieurs témoignages de gens qui comprennent la langue Païci et qui affirment la violence des propos de Néaoutyine lui-même pendant les meetings dans cette région.

  4. On pourrait faire le měme procès à « Mystère Dang » pour son courrier contre la Pr. Sud à la veille des élections. Courrier qui visait clairement le FPU. Quand on sait la proximité qu’il y a entre Popol, la mobylette et Dang, il est difficile de ne pas y voir une collusion.

  5. Jojo l’UC est divisée et les gens de l’UC Païci contestent la direction centrale. C’est connu (Naouna à Pouembout et … à Ponérihouen). Que l’UC et son directeur de campagne règlent d’abord leurs problèmes en interne avant de faire croire, comme du temps du politburo à Moscou, que tout va bien et qu’on s’aime comme jamais.. preuve de cela, le non partage des vice présidences à la Province-Nord….

  6. La rivalité entre l’uc et le palika ne date pas d’aujourd’hui, et existait déjà à l’époque où Jean Mari Tjibaou était dans les années 1977-80, maire de Hienghène.L’histoire de ces 2 grands partis à été jalonnée de
    conflits, de reproches notamment à tort sur les alliances avec les non indépendantistes pendant les diverses élections territoriales.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s