Cet ami dont on se passerait bien

Cet ami dont on se passerait bien

L’affaire Bygmalion n’a pas fini de secouer l’UMP et son président. Un Jean-François Copé plus que jamais sur un siège éjectable. Du coup, ses alliés calédoniens, hier si prolixes, ne pipent mot. Mutismes…

 

Il y a quelques semaines encore, Gaël Yanno et le MPC prononçaient aussi souvent son nom que celui de son parti. Jean-François Copé par ci, UMP par là, le rattachement du nouveau parti calédonien à la grande maison nationale offraient moult refrains laudateurs à celui qui n’était pas encore le président du Congrès. Mais aujourd’hui, alors même que son sort personnel semble bien plus enviable, l’ancien Premier adjoint au maire de Nouméa se contente de citer l’UMP, oubliant son président Copé.

Nul doute que Gaël Yanno a bien perçu, lui aussi, les prolongements et les répercussions de cette affaire Bygmalion. Ce mardi 27 mai, celui qui est encore le boss de l’UMP a convoqué un bureau politique à l’Assemblée nationale, rendez-vous qui doit permettre à Jean-François Copé de s’expliquer sur les soupçons de favoritisme qui pèsent contre lui.

Tous les ténors du parti devraient être présents lors de ce rendez-vous, d’autant que de nouvelles accusations de « fausses factures » sont maintenant portées par l’avocat de Bygmalion, Me Patrick de Maisonneuve. Voilà qui compromet davantage l’avenir de Jean-François Copé à la tête de l’UMP. Même si Jérôme Lavrilleux, son directeur de cabinet, a essayé de désamorcer cette énième bombe, reconnaissant que des meetings de Nicolas Sarkozy avaient été indûment facturés à l’UMP, ce parti semble plus que jamais au bord de l’implosion.

Les grandes manœuvres ont d’ailleurs démarré en interne. Si le président sur la sellette fait tout pour s’accrocher à son poste, ses opposants internes feront tout pour le pousser vers la sortie. Ainsi, le camp Fillon a déjà prévu d’exiger son départ et de proposer la mise en place d’une direction collégiale provisoire. Un intérim jugé salvateur jusqu’à l’organisation d’un nouveau congrès en octobre, qui désignera le nouveau président de l’UMP. Qu’en pensent le copéiste Yanno et le filloniste Frogier ? Pour l’heure, pas la moindre réaction publique…

Th. S.

3 réflexions sur “Cet ami dont on se passerait bien

  1. vous la presse comme si vous ne saviez pas que a UMP et PS il y 67% de parlementaires qui traînent des casseroles. Ca ne vous gêne pas que nos forces de l’ordre trimballent des armes qui sont contrefaites, hé bien en voila une autre affaire ou UMP, Centre, PS sont de connivence. Voir le site de  » maveritesur  » à la page 13 il y a les détails, mais que fait la police ?
    Que fait la justice ?

  2. L’homme invisible se réincarne tout doucement, après la réélection de Maurice Ponga (pour laquelle il n’y est pour rien), et la démission de Copé, il s’imagine que le vent lui sera plus favorable. En attendant, en tant que sénateur de la république, il aurait pu inciter son compagnon de pélerinage au Vatican à venir avec lui prêcher la bonne parole aux jeunes de St Louis.
    Il voudrait tellement se comparer à Jacquot de Ouaco, mais le vieux, qu’on l’aimait ou pas, il en avait là où y fallait et il montait en première ligne pour régler les problèmes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s