Il n’y a pas que l’argent qui compte

Il n’y a pas que l’argent qui compte

Parmi les nouveaux élus des institutions, il fait partie de ces rares qui ont accepté de faire de la politique en sachant pertinemment que ce choix leur en coûtera. Mais pour Philippe Blaise, l’essentiel n’est pas de gagner moins…

 

En bon banquier – il est cadre de la BCI depuis de nombreuses années –, Philippe Blaise sait compter. Et depuis qu’il a décidé de franchir le Rubicon, en prenant une place éligible sur la liste de l’UCF lors des provinciales, il a vite fait ses calculs, confirmés aujourd’hui puisqu’il admet, sans langue de bois, qu’il gagne « environ 150 000 francs de moins par mois » dans les institutions. Cependant, l’essentiel n’est pas là pour ce quadra qui reconnaît que l’argent n’a jamais été une priorité pour lui et qu’il a toujours dépensé peu. « Je fais de la politique par convictions, pas pour m’enrichir », explique Philippe Blaise.

En outre, cette nouvelle vie lui offre également d’autres perspectives, moins draconiennes, en matière d’emploi du temps. Un peu plus de liberté, même si le travail au sein des commissions et sur le terrain demande parfois de l’assiduité. L’ancien cadre de la BCI souligne aussi qu’il avait besoin de changer d’air, que son travail au sein de l’établissement bancaire n’était plus aussi enthousiasmant et que, au terme de cette mandature, s’il le faut, il retournera dans le privé où il aura toujours sa place. En attendant, Philippe Blaise n’a pas voulu nous en dire plus sur ses débuts politiques, ses bonnes ou ses mauvaises surprises. La seule confidence qu’il a daignée nous accorder ? Que nous sommes très bien informés ! On se contente comme on peut…

Th. S.

6 réflexions sur “Il n’y a pas que l’argent qui compte

  1. On croirait une fable de La Fontaine … Le Corbeau et le Renard
    « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.  »
    Je vous laisse le soin de choisir qui des deux est le renard…

  2. En politique, on peut manger et …. boire (gratis) dans de nombreuses occasions… aux frais et à la santé des électeurs contribuables… ça compte aussi, tout ça, mine de rien !

      • Oui, bien sûr et c’est Moncon Declient, contribuable/électeur/vache à lait, qui paye aussi. Mais la différence est qu’il faut bosser et faire bosser ! Dans une banque, il y des objectifs individuels et il faut rendre des comptes… tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, tous les ans… tandis que les élus, c’est tous les 5 ou 6 ans. Le reste du temps, on est peinard. Et puis, les occasions de manger et de boire « gratis » sont bien plus nombreuses en politique qu’à la banque.

    • Indépendantistes ou loyalistes, ils sont toujours mieux lotis que le citoyen lambda qui peine a joindre les deux bouts à la fin du mois. Puis personne ne leur a mis le couteau sous la gorge pour être là où ils et elles sont.
      Y a bien pire comme situation, ici et ailleurs, surtout ailleurs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s