Pourquoi il faut prendre la majorité dans la SLN

Pourquoi il faut prendre la majorité dans la SLN

Par André Dang *

La STCPI a été créée en l’an 2000 dans le cadre d’une structure consensuelle réunissant les trois Provinces. L’actif est constitué d’actions d’Eramet et de SLN. A ce jour, la STCPI ne détient que 34% du capital de la SLN. Or, la STCPI a pour vocation de participer au développement économique des Provinces. C’est le résultat d’une volonté de l’Etat français qui a permis les acquisitions d’actions pour environ 20 milliards de francs CFP. Au stade où nous en sommes, nous ne pouvons que constater que, non content de ponctionner la trésorerie de la SLN pour investir en dehors de la Nouvelle-Calédonie, le groupe Eramet est fragilisé dans son propre actionnariat du fait de la présence d’actionnaires privés (la famille Duval).

Eramet est donc susceptible de tomber dans l’escarcelle d’un Groupe international avec, dans la corbeille, la SLN. Cela ne serait pas la première fois, vous n’avez qu’à regarder les exemples de grandes sociétés françaises telles que Arcelor, Pechiney et prochainement Alstom. Tout cela n’est pas de la science-fiction malheureusement. En disposant de 51% dans la SLN, la Nouvelle-Calédonie garderait la maîtrise et le contrôle de sa ressource minière tout en respectant l’environnement.

Ce qu’il manque encore, c’est une vision à long terme, une transparence qui n’existe pas, à ce jour, envers le pays et, dans ce sens, une gestion axée vers la Nouvelle-Calédonie et non pas vers quelques bureaux feutrés Parisiens. Je vais vous donner quelques rapides exemples. Lorsque la SMSP a racheté à la SLN, en 1992, le domaine minier qu’elle exploite actuellement, le minerai riche avait déjà été purgé et il ne restait, selon eux, qu’environ 4,4 millions de tonnes commercialisables. Nous en avons tiré pratiquement 20 millions de tonnes de minerai humide et plus – 30 millions de tonnes du fait de l’abaissement de la teneur. Soit la transparence n’était pas au rendez-vous, soit c’était de l’ignorance, ce qui est encore pire. Plus brièvement, si l’on s’en était tenu aux déclarations de la SLN, nous aurions mis depuis longtemps, comme on dit « la clef sous la porte ».

Deuxième exemple, nous avons construit une Usine métallurgique dans le Nord (Koniambo), qui fonctionne et qui est en pleine montée en puissance. Notre filiale KNS dispose d’environ 4% seulement de la surface minière concédée du territoire pour alimenter la plus importante usine jamais construite en une seule fois dans le monde et pour un siècle de production. La SLN en dispose, à elle seule, de 53% de cette surface minière. Il serait donc tout à fait logique que ce patrimoine minier soit détenu en majorité par le pays. Et nous avons l’outil pour ce faire, la STCPI. Nous avons également les accords de notre côté puisqu’il suffit d’opérer un simple échange entre les actions Eramet et SLN comme cela a été prévu à l’époque. De cette façon, la Nouvelle-Calédonie s’écarte du risque éventuel d’un raid sur Eramet. Mais jusqu’à ce jour, la SLN a toujours pesé de son poids sur PROMOSUD pour éviter cette excellente opportunité. Il n’y a qu’à voir encore les déclarations de soumission à la SLN de Cynthia Ligeard, l’ancienne présidente de la Province sud et future présidente du gouvernement, pour comprendre le « lobbying » assuré en permanence par les dirigeants de la « vieille dame ».

Je veux mettre en garde les Calédoniens contre les conséquences de toute confiance qui serait mal placée au profit des élus dont on constate qu’ils sont parfois bien mal conseillés et qui risquent de conduire la Nouvelle-Calédonie à la perte de ses ressources minières. Ces richesses sont vitales pour le pays et je le martèle, toutes les filières minières et métallurgiques doivent être détenues en majorité par le pays. Tel a toujours été mon combat et je continuerai à défendre cette idée et cette stratégie.

Les propos de cette Tribune n’engagent que leurs auteurs.

* PDG de la SMSP.

11 réflexions sur “Pourquoi il faut prendre la majorité dans la SLN

  1. La « nationalisation » des outils industriels, c’était le dogme des socialistes en 1981 et on sait comment cela s’est conclu : la perte de compétitivité des entreprises soumises à la compétition internationale, et le retour à la privatisation plus tard.

    Par ailleurs M Dang ne manque pas d’humour quand il parle de déficit de transparence de la SLN.

    La SLN, parce qu’elle est cotée en bourse publie ses comptes. On sait exactement ce qu’elle gagne ou ce qu’elle perd.

    La SMSP, elle, ne publie jamais ses comptes. Elle cache aux élus et aux Calédoniens les chiffres qui permettraient d’évaluer objectivement la performance de son modèle économique.

    Le premier pas pour être crédible avec ce discours,serait de publier les comptes de la SMSP, le détail de ses dettes, et tant qu’à faire les comptes de la SNNC et là aussi le détail de la dette.

    • Même si la STCPI obtenait 51% de la SLN, cela ne changerait rien concernant sa cotation en bourse. Je ne comprends donc pas bien cet argument.
      Quand à la compétitivité, force est de constater que la SLN a favorisé les revenus à court termes et les dividendes de ses actionnaires au lieu d’investir dans une nouvelle centrale électrique qui lui aurait permis de baisser ses coûts de production et donc de mieux affronter la période de crise que nous vivons.

  2. Mr Blaise être actionnaire majoritaire de la sln ce n’est en aucun cas nationaliser une entreprise. Vous le savez très bien, d’ailleurs cette démarche est prôner en nouvelle caledonie par des élus progressiste mais également par des élus de droite (Mr Gomez aux dernières provinciales de2009). Le 1er syndicat du pays va même jusqu’à demander d’augmenter l’actionnariat au sein de la maison mère ERAMET, hors ce syndicat n’est pas réputé pour être le plus à gauche.
    Pour anecdote qu’ont fait les américains lors de la dernière crise des subprimes? Ils ont nationalisé entièrement les banques afin de sauver leur système économique qui le symbole même du capitalisme.
    Mr Dang loin d’être un exemple en matière termes sociales et en termes de partage de gouvernance à la smsp à raison de dire tout comme nos élus politiques de tout bord qu’une entreprise qui détient 55% du domaine minier, une usine qui emploie plus de 2000 calédonien, qui est installé ici depuis plus de 100 ans devrait permettre de meilleures retombées pour la nouvelle caledonie. C’est autant d’argents en plus qui rempliront les caisses du pays pour financer un meilleur cadre de vie pour nos enfants. Augmenter le capital de la stcpi à la sln et à ERAMET dans notre contexte de maîtrise de la matière première c’est une question de bonne gouvernance, d’intelligence, rien d’idéologique.

  3. M. BLAISE sait probablement de quoi il parle, puisque de par son travail, il doit être très au courant des « us et coutumes » (si l’on peut dire …) du monde financier/minier … si vous voyez ce que je veux dire …
    Par contre je me demande quel est l’intérêt de M. DANG dans sa proposition … est-elle gratuite ? Ça serait étonnant … Où est le piège ?

  4. Le problème de M. Dang, c’est qu’en fait il n’en a rien à faire de l’usine de la SLN et de ses 1500 salariés, il ne pense qu’à mettre le grappin sur les réserves de la SLN pour son projet de Posco.
    Il oublie de dire qu’avec l’acquisition des 51% par la STCPI, la SLN sortirait du groupe Eramet… Et qui assurerait ensuite financièrement, techniquement et commercialement les besoins de la SLN surtout en temps de « creux » du marché. M. Dang prend les Calédoniens pour des cons en essayant de flatter leur sens nationaliste…

  5. Philippe et Albert ont entièrement raison ! Dans cette interview, M. Dang se garde bien de dire réellement pourquoi il serait bien que les massifs de la SLN reviennent à la NC en général et aux indépendantistes en particulier… Pour ses joint-ventures en Corée du Sud et en Chine avant tout !

    Des modèles industriels qui ne créent pas autant de valeur ajoutée en NC que ne le fait celui de la SLN car pour cet opérateur, la transformation du minerai a lieu en Nouvelle-Calédonie. Et qui paiera en cas de pertes car M. Dang se garde bien de dire aux Calédoniens qu’au cours des 2 dernières années Eramet a épongé plusieurs milliards CFP de pertes de sa filiale SLN…

    La NC aura-elle les reins aussi/assez solides alors même qu’elle est en passe de devenir plus autonome y compris financièrement ? Il est tout à fait probable que non… Enfin quand M. Dang nous parle de transparence, quand publiera-il enfin les comptes de la SMSP que nous puissions faire le tri dans les arguments qu’il avance ???

  6. phillippe; Albert et Edou vous raconter que des conneries si la sln est en perte c’est que son usine dépassé est devenue une poubelle, la meilleurs façon de protéger la ressource c’est que la SCTPI soit majoritaire à la SLN pour être à l’abri d’une éventuelle OPA sur la SLN, vous imaginez si les chinois mettent la main sur la SLN et ces titres minier ??? cette sociéte deviendrait un Etat dans notre térritoire. On voit déjà les mercenaires-milices armée faire la sécurité autours des installations comme en Afrique.

    • Arrête de raconter des conneries, pour qu’il y ait une OPA, il faut être côté en bourse… Or la SLN n’est pas côtée en bourse.
      Et puis tu ne nous dis pas comment tu continuerais de financer la poursuite d’activité de la SLN sans Eramet…

  7. c’est clair: pour pouvoir continuer à alimenter l’usine en Corée.
    Personne a obligé mr Dang à signer des accords qu’il ne peut aujourd’hui honorer .Sans l’aide partielle de la SLN son schéma serait déjà à la rue.
    quant à la transparence c’est l’hôpital qui se fout de la charité, alors qu’il y a une réelle interrogation sur la profitabilité de la société minière en calédonie .. dont les seuls comptes déposés une fois montrait de pertes .Face aux interrogations sur la nature de ces pertes c’est désormais le black out /que font le Haussaire , les autorités pour obliger la publication des comptes dont l’absence permet de supputer toute sorte d ‘hypothèses..
    En dépassant ces histoires de gros sous , on peut penser que l’on va assister à une montée en pression politique quitte à déboucher sur de vrais affrontements et par derrière ce sera nouvel accord contre domaine minier SLN ou autre.. les jeunes hors contôle des vieux coutumiers ont bon dos….Prendre du recul est plus que jamais nécessaire

  8. Prendre une participation majoritaire dans SLN, c’est pousser dehors ERAMET. Or, c’est bien ERAMET qui dispose du laboratoire de recherche de Trappes, et c’est encore ERAMET qui contrôle le réseau des clients acheteurs de métal… SLN sans ERAMET, c’est la garantie de faire supporter aux actionnaires (dans cette hypothèse la collectivité NC) les coûts faramineux de recherche et développement, de participation aux pertes en cas de baisse des cours et d’une diminution du nombre de clients….si on avait les moyens, la bonne solution serait plutôt de prendre la majorité dans ERAMET.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s