Le Haussaire nous apprécie, c’est réciproque

Le Haussaire nous apprécie, c’est réciproque

Lors de la réunion organisée par la Province sud pour faire le point sur Vale NC, Jean-Jacques Brot s’est souvent exprimé. Il a même profité d’une occasion pour nous faire un peu de pub…

 

Avec le représentant de l’Etat, il faut s’attendre à tout, même au plus incroyable. Ainsi, alors qu’il était confronté à un intervenant qui semblait lui reprocher certaines choses, Jean-Jacques Brot a balancé que son interlocuteur souhaitait sans doute le voir ailleurs, comme d’autres, pointant son regard dans notre direction. Un appel auquel nous avons répondu, entre deux photos, par un signe de la main, devant un public quelque peu surpris par cette parenthèse très « brotesque ».

Et puis lors d’une autre réaction à l’une des nombreuses questions posées, le Haut-commissaire a concédé, au sujet de la situation de l’usine du Sud, qu’il avait un avis personnel mais qu’il le donnerait seulement dans « le confessionnal de Squillario ». Il y a bien longtemps – en fait depuis Daniel Constantin (2002-2005) – qu’un représentant de l’Etat ne nous avait pas fait autant d’honneur. Et puis à la fin de cette réunion publique d’information, alors que nous écoutions religieusement Philippe Michel devant les caméras de NC 1ère, Jean-Jacques Brot est venu saluer votre serviteur.

Une poignée de mains franche et courtoise à l’issue de laquelle le Haussaire nous a demandé pourquoi nous le haïssions tant. Nos aurions apprécié de pouvoir expliquer longuement à notre prestigieux interlocuteur que critiquer ce n’est pas ne pas aimer, mais après avoir tempêté en balançant un nom – celui d’un de nos prétendus informateurs –, il s’en est allé… Vivement la prochaine entrevue avec cet homme qui, par certains côtés, nous fait penser à feu Jacques Lafleur. Lequel méprisait autant ses courtisans qu’il appréciait ses contradicteurs…

Th. S.

Frogier est-il devenu volcanique ?

Frogier est-il devenu volcanique ?

En sommeil depuis les municipales de mars, le président du Rassemblement se réveille de temps à autres. Ces derniers jours, il était en forte activité pour abonder sur l’étincelle européenne de Ponga et fuser contre Copé. Crépitations…

 

Nous ne sommes pas Tanna ni en Italie, mais nous découvrons, sur notre sol politique, un nouveau cratère, un Pierre devenu volcanique depuis que Frogier a décidé de se mettre en retrait, de s’éteindre un peu pour mieux se rallumer lorsqu’il l’estime nécessaire. Depuis le scrutin des municipales, il y a deux mois, chacun a pu constater la componction du président du Rassemblement, accablé par les revers, la lave aux yeux…

Et puis cette semaine, le volcanique sénateur s’est remis en activité, d’abord pour entrer en effusion après le succès de Maurice Ponga, réélu sénateur européen dans la circonscription de l’Outre-mer, puis pour carboniser le président de l’UMP dans un communiqué aussi lapidaire qu’incendiaire. « Par son comportement d’homme de clan, Jean-François Copé porte la responsabilité de la dégradation de l’image de l’UMP et de la division de notre famille politique. Le Rassemblement, ses adhérents, militants, sympathisants et moi-même en avons payé très cher les conséquences. » Pierre Frogier lui-même en aurait souffert ? Cela mérite sans doute quelques explications.

En attendant, le bouillant sénateur se félicite du retour de ses proches aux commandes. « Je ne peux pas me réjouir du scandale financier révélé ces derniers jours, mais je veux saluer l’attitude responsable du bureau politique de l’UMP qui vient de confier, provisoirement, sa direction aux trois personnalités honorables que sont Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon. Je ne doute pas qu’ils sauront apaiser les tensions et déchirements dont nous avons souffert ces deux dernières années, aussi bien en Métropole qu’en Nouvelle-Calédonie. » Gaël Yanno partage-t-il ce même avis incandescent ? Rien n’est moins sûr dans un univers où il va être très délicat de retrouver son Pygmalion…

Th. S.

Nouvelle mandature… Nouveau look

Nouvelle mandature… Nouveau look

Cette élection du nouveau bureau du Congrès, ce vendredi 23 mai, a permis de revoir des têtes connues mais aussi de nouveaux visages arpentant pour la première fois l’hémicycle du boulevard Vauban. Première tendance, dans le registre vestimentaire, si les non-indépendantistes avaient tous sortis les costumes, du côté de la gent masculine, force est de constater, côté indépendantiste, des tenues moins strictes, à l’exception notable de Roch Wamytan qui portait une cravate.

Nicole Robineau, la doyenne de ce nouveau Congrès, aurait pu nous jouer un remake de la montée des marches de Sharon Stone – tout de rouge vêtue – hier lors du festival de Cannes, mais elle a préféré, sur les conseils de sa fille, une apparence plus traditionnelle et mesurée pour ce rendez-vous. En fait, la surprise est surtout venue de Paul Néaoutyine, avec nouvelle coupe de cheveux très courts, et un accoutrement digne des Fidjiens. Un choix capillaire justifié par le début de cette « nouvelle mandature, pour être plus aéré ». Il y a une semaine, déjà, l’UC-FLNKS pouvait penser que le président réélu de la Province nord ne manquait pas d’air. Aujourd’hui, chacun a pu constater que Paul Néaoutyine peut également ventiler et imprimer sa marque. Voilà qui promet…

Th. S.

Une drôle de découverte au menu

Une drôle de découverte au menu

En s’installant au quatrième étage de la Province sud, le nouveau président de la collectivité a découvert que ses prédécesseurs RUMP étaient visiblement des férus de bons petits plats puisqu’ils ont fait installer un coin cuisine de grande qualité. C’est Pierre Frogier, lorsqu’il était président, qui a été l’initiateur de cette démarche culinaire. Pour mieux préparer ses tambouilles politiques ? Voire… Il reste maintenant à savoir si Philippe Michel, le successeur de Cynthia Ligeard, va changer la carte et offrir de nouvelles saveurs dans le cadre du contrat de gouvernance solidaire. Un peu plus digestes ?

Au rendez-vous de la bonne tambouille politique au quatrième étage de la Province sud ?

Au rendez-vous de la bonne tambouille politique au quatrième étage de la Province sud ?

Mais où qu’il sera donc Harold ?

Mais où qu’il sera donc Harold ?

Tout sourire et très décontracté lors de l’élection du nouveau bureau de la Province sud, le président du gouvernement a étonné, d’autant qu’on ne sait pas vraiment ce qu’il a obtenu dans cette réunification. Postures…

La paix des braves entre Philippe Michel et Harold Martin...

La paix des braves entre Philippe Michel et Harold Martin…

Harold Martin aux côtés de Philippe Michel pour échanger paisiblement en compagnie de Cynthia Ligeard… Quelle divine évolution après ces nombreuses séances au Congrès où l’invective et les insultes étaient souvent au rendez-vous des échanges entre ces deux mêmes hommes. Ce vendredi 16 mai, toutefois, il fallait croire que tout ou presque était oublié, que les rancœurs étaient placardisées et qu’il fallait afficher sa bonne humeur.

Dans ce rôle-là, le maire de Païta a été parfait, plaisantant avec les uns, épiloguant avec d’autres, comme si de rien n’était. Toutefois, à la lecture du contrat de gouvernance scellé entre les trois grands partis non indépendantistes, on se demande bien ce qui peut satisfaire l’actuel président du gouvernement dont le nom n’apparaît plus dans cette nouvelle répartition des institutions.

A-t-il été aussi oppressant et menaçant vis-à-vis du Front pour l’unité – avec cette sixième place sur la liste de Cynthia Ligeard – pour ça ? Cette disparition annoncée des premiers rôles ? Voire… Quoi qu’il en soit, Harold Martin, après avoir sacrifié les Vittori, Robineau et autre Ohlen durant la campagne provinciale, sait aujourd’hui qu’il ne peut pas vraiment faire de même avec tous les collaborateurs qui attendent d’en savoir plus sur leur avenir. Encore aussi flou que celui du maire de Païta…

Th. S. 

Les élus du FPU appelés à la rescousse pour sauver l’emploi de Vaea Frogier

Les élus du FPU appelés à la rescousse pour sauver l’emploi de Vaea Frogier

Ce jeudi 15 mai, dans la soirée, le Front pour l’unité a réuni ses troupes à la permanence du centre-ville pour expliquer le bien-fondé du nouveau contrat de gouvernance scellé avec Calédonie ensemble et l’Union pour la Calédonie dans la France. Mais les nouveaux élus présents lors de ce rendez-vous ont surtout retenu ce qui leur a été demandé après cette présentation des grandes lignes de la nouvelle entente non indépendantiste, à savoir cette augmentation des cotisations pour permettre de maintenir certains emplois à la permanence, notamment celui de Vaea Frogier.

En clair, il est désormais demandé à chaque élu de verser 50 000 francs alors que, dans un passé récent, il était question de 40 000 francs seulement. Autant dire que cette hausse inattendue n’est pas du goût de tout le monde, d’autant que certains ne voient pas très bien l’intérêt de continuer à s’offrir les services de Vaea Frogier, une communicante qui est loin de faire l’unanimité. En outre, dans sa famille, est-on réellement dans le besoin ? Son père sénateur ne peut-il pas prendre à sa charge le salaire de sa fille ? Oui sans doute… Et c’est pour cela, hier soir, que de nombreuses dents grinçaient au sein du FPU…

Th. S.