Le retour de « Calébrotsphère »

Le retour de « Calébrotsphère »

Le célèbre blog calédonien revient à la charge pour défendre bec et ongles le Haut-commissaire et nous accuser de vouloir la peau de Jean-Jacques Brot. Propagande et désinformation…

 

Fustiger Mathias Chauchat et épargner Jean-Jacques Brot, tel est le fonds de commerce de Calédosphère ces derniers mois. Et lorsque le site de Franck Thériaux attaque l’universitaire, souvent en le dénigrant gratuitement, c’est tout à fait normal… Mais lorsque d’autres médias, en l’occurrence Les Nouvelles et votre serviteur, publient des informations sérieuses sur le Haut-commissaire, ils veulent purement et simplement, selon le blog calédonien, « la peau de Jean-Jacques Brot ».

Or, relayer une citation directe de Gilbert Tyuienon contre le représentant de l’Etat, comme l’a fait le quotidien samedi 17 mai, cela relève de l’actualité. Tout comme cette confidence en provenance du ministère de l’Outre-mer qui nous laisse entendre que le Haut-commissaire va prochainement quitter ses fonctions. Seulement voilà, depuis des mois maintenant, Jean-Jacques Brot a été érigé en sauveur de la patrie en danger par Calédosphère, rebaptisé Calébrotsphère en maintes occasion, et ses affidés. Le représentant de l’Etat est même si parfait qu’il n’est donc pas question, pour ses partisans médiatiques, de remettre en cause le moindre de ses actes.

Quand on veut monter sur le cocotier, il faut avoir le c… propre

Toutefois, loin de cette bien-pensance moutonnière, seulement soucieux d’informer et sûrement pas de vouloir la peau de quiconque, nous nous sommes attachés à démontrer certains grands écarts du représentant de l’Etat, notamment cette affaire de Nakéty, avec des mails qui confirmaient que M. Brot et ses services étaient bien au courant de ce recueillement sur la tombe d’Eloi Machoro et qu’ils n’avaient pas été prévenus « subrepticement » comme cela a été déclaré sur certaines radios.

Bizarrement, Calédosphère n’a jamais parlé des dessous de cette polémique, préférant prendre tous les propos du Haussaire comme paroles d’Evangile. Et aujourd’hui, alors que le ministère de l’Outre-mer remet en cause notre article sur le départ de M. Brot – mais nous maintenons toujours ce que nous avons écrit eu égard à la fiabilité de notre source –, le site de Franck Thériaux veut nous donner des leçons.

Toutefois, quand on veut monter sur le cocotier, il faut avoir le c… propre. Et dans ce registre, force est de constater – pour le fantasmagorique deal passé entre Frogier et Wamytan, les supposées révélations sur Mathias Chauchat, annoncées mais jamais publiées, ou encore les magouilles de la SNC Casino, également annoncées mais toujours pas divulguées, etc. – que le célèbre blog est très mal placé pour s’ériger en professeur irréprochable. Il aurait même encore beaucoup à apprendre…

Th. S.

Après la trêve électorale, le combat judiciaire

Après la trêve électorale, le combat judiciaire

Avant les scrutins municipaux et provinciaux, le vice-président du gouvernement avait prévenu qu’il attaquerait le Haut-commissaire en justice. Maintenant que les élections sont passées, Gilbert Tyuienon passe à l’acte…

 

Certains ont l’air très surpris aujourd’hui de découvrir que le maire de Canala attaque effectivement Jean-Jacques Brot en justice. Soit ils ont oublié ce que Gilbert Tyuienon avait promis un peu avant le premier tour des municipales, soit ils croyaient que le vice-président du gouvernement se déballonnerait. Mais à l’issue du scrutin provincial, force est de constater que le Haut-commissaire est bien convoqué au tribunal pour des propos estimés diffamatoires.

Bien évidemment, cette affaire nous ramène à Nakéty et à ce déplacement du représentant de l’Etat prévu puis annulé à cause, selon Jean-Jacques Brot, d’un recueillement sur la tombe d’Eloi Machoro qui lui aurait été imposé sans que ses services et lui-même n’aient été prévenus. Or, comme nous l’avons déjà souligné il y a de nombreuses semaines, le Haut-commissaire était bien au courant, ainsi que ses troupes, de ce programme dont le menu comprenait dès le départ une halte devant la sépulture de l’ancien leader indépendantiste.

Il s’en est suivi des salves verbales balancées par un vitupérant Jean-Jacques Brot omniprésent dans les médias, notamment sur Radio Djiido et RRB. Et puis il y a ces courriers dans lesquels le représentant de l’Etat évoque le passé de Gilbert Tyuienon qui, lors des Evénements, était un proche du RPCR avant de rejoindre l’UC. Comme s’il était interdit de changer de chapelle politique. Quoi qu’il en soit, c’est désormais à la justice, le 13 juin, de nous dire s’il y a effectivement diffamation du Haussaire envers le vice-président du gouvernement.

Th. S.

Du danger de tirer des conclusions hâtives

Du danger de tirer des conclusions hâtives

Il y a seulement quelques semaines, peu après l’intervention de Jean-Marc Ayrault à l’Assemblée nationale, en réponse à Sonia Lagarde, certains n’avaient pas hésité à écrire ou à dire que l’affaire des radiations de la liste spéciale était réglée. Dans la foulée ou presque, après que les commissions électorales aient rejeté la majorité des demandes des indépendantistes, certains annonçaient que Mathias Chauchat était désavoué.

A chaque fois, plutôt que d’abonder dans le même sens, nous avions pris la peine de répondre à ces constats péremptoires en émettant quelques réserves, expliquant qu’il était sûrement précipité et oublieux, au regard de l’histoire calédonienne, d’être aussi affirmatif. Aujourd’hui, force est de constater que l’actualité récente nous donne plutôt raison. D’une part parce que l’affaire des radiations n’est toujours pas réglée ; d’autre part parce l’universitaire calédonien, si décrié, n’a pas été vraiment désapprouvé par les décisions des juges dans le Nord et quelques autres, ciblées, dans le Sud.

Nous sommes les premiers à penser aujourd’hui que le numérique permet de réagir quasiment en temps réel, d’informer très rapidement et de nourrir un débat qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Toutefois, cette promptitude n’exonère pas des règles minimales en matière d’information, elle ne doit pas être non plus un prétexte à des arrière-pensées très éloignées de notre métier, donc forcément plus proche de la propagande.

Il en a été de même avec Jean-Jacques Brot, Haut-commissaire érigé en sauveur par les réseaux sociaux qui n’ont pas voulu regarder plus loin que le bout de leur nez. Dans cette procession bien-pensante, nous avons été parmi les rares à écrire quelques vérités sur le représentant de l’Etat, notamment son mensonge sur l’affaire de Nakéty. Bizarrement, ceux qui estimaient que l’affaire des radiations était réglée et que M. Chauchat était désavoué n’ont jamais repris cette information sur M. Brot… Il est vrai qu’elle ne correspondait pas vraiment à leur doctrine. Et qu’il valait donc mieux ne pas en parler. Néanmoins, la douceur des illusions est toujours rattrapée par l’âpre réalité, bien plus embarrassante et parfois incommodante…

Th. Squillario

Lu dans Les Nouvelles du jour

Lu dans Les Nouvelles du jour

Lnc17PapaDans cette édition, il faut surtout bien prendre le temps de lire l’interview de Gilbert Tyuienon. Une page qui permet au vice-président du gouvernement et maire de Canala de remettre certaines choses au point. Comme nous l’annoncions samedi 15 mars en exclusivité, son dépôt de plainte contre le Haut-commissaire pour diffamation publique est confirmé dans les colonnes du quotidien.

Comme nous avions également été les seuls à le souligner, M. Tyuienon atteste que le recueillement de Jean-Jacques Brot sur la tombe d’Eloi Machoro, dans le cadre de sa visite à Nakéty, était prévu de longue date. Dans ce contexte, le représentant de l’Etat ne pouvait clamer sur toutes les ondes qu’il a été subrepticement mis devant le fait accompli ou bien victime d’une embuscade pathétique.

Enfin, le vice-président du gouvernement explique qu’il va être difficile de travailler avec un homme qui conteste la légitimité des élus calédoniens. Le maire de Canala a mis le temps avant de s’exprimer publiquement, mais cette sortie médiatique permet de rétablir certaines évidences que l’engouement créé autour du Haussaire, notamment sur les réseaux sociaux, a quelque peu occultées. Nul doute que ce propos de M. Tyuienon intéressera autant Calédosphère et tous les autres convertis au Brotisme que les multiples sorties radiophoniques d’un représentant de l’Etat obligé de se plier, aujourd’hui, au devoir de réserve.

Th. S.

Tyuienon va déposer plainte contre Brot

Tyuienon va déposer plainte contre Brot
Le vice-président du gouvernement est déterminé à rétablir la vérité sur la visite annulée du Haussaire à Nakéty.

Le vice-président du gouvernement est déterminé à rétablir la vérité sur la visite annulée du Haussaire à Nakéty.

Après mûre réflexion, le vice-président du gouvernement a décidé de rajouter un nouveau chapitre à la série de hautes tensions qu’il entretient avec le Haut-commissaire. En effet, Gilbert Tyuienon s’apprête à saisir la justice pour diffamation publique…

La rumeur bruissait depuis plusieurs jours. Dans les couloirs du gouvernement, notamment au quatrième étage, il se murmurait que le vice-président préparait quelque chose, qu’il n’avait toujours pas digéré les propos du Haut-commissaire à son encontre et qu’il s’apprêtait donc à répliquer.

Après avoir visiblement demandé l’aval de son président, Harold Martin, qui le lui aurait accordé, et après avoir obtenu le feu vert de son parti, l’Union calédonienne, Gilbert Tyuienon a donc décidé de déposer plainte prochainement contre Jean-Jacques Brot. Motif de cette démarche qui représente une grande première en Nouvelle-Calédonie où jamais un élu du gouvernement local ne s’était attaqué de la sorte au représentant de l’Etat ? Diffamation publique…

Pour que la vérité soit rétablie ?

Sans surprise, tous les propos et autres critiques clamés par le Haut-commissaire, sans oublier les lourds sous-entendus et habiles omissions, à l’encontre du maire de Canala ont fini par convaincre M. Tyuienon d’ester en justice, dans l’espoir que la vérité de certains faits – bien évidemment le fond de l’affaire de cette visite annulée à Nakéty – soit sans doute rétablie.

Quelques formules, comme cette « embuscade pathétique » proférée par M. Brot sur les ondes de RRB le 28 février dernier, restent plus que jamais en travers de la gorge d’un vice-président qui ne daigne plus, désormais, serrer la main d’un Haussaire qui, en outre, ne s’est pas gêné pour fustiger l’ensemble de l’Union calédonienne. Dans les prochains jours, un communiqué de l’exécutif local devait expliquer officiellement le sens et les raisons de cette plainte.

Th. S.

Nakéty : le mensonge et le culot du Haussaire

Nakéty : le mensonge et le culot du Haussaire

A la suite des incidents sur les mines Ballande et NMC de Nakéty, Jean-Jacques Brot avait déclaré, le 31 janvier sur les ondes de RRB, qu’il se rendrait sur place pour « constater ce qui est encore constatable ». Très vite, la date du 12 février est retenue. Auparavant, le Haut-commissaire a participé à quelques réunions, notamment avec des coutumiers, au cours desquelles il a dit et promis pas mal de choses. Le 7 février, donc cinq jours avant la visite du représentant de l’Etat à Canala, le directeur de cabinet du maire de la commune, Philippe Fagot-Barraly, envoie l’esquisse d’un programme au commissaire délégué du Nord, Michel Sallenave.

MailFagotCanala

Dans ce premier programme soumis à l’appréciation de M. Sallenave, on note déjà, à 11h30, le recueillement sur la tombe d’Eloi Machoro.

ProgrammeFagotCanala

Le 10 février, soit trois jours après le mail du directeur de cabinet du maire de Canala et deux jours avant le déplacement de M. Brot, le commissaire délégué du Nord renvoie à M. Fagot-Barraly un programme complété par le cabinet du Haut-commissariat.

MailSallenaveHc

Et dans ce programme visé et agréé par les services du Haussariat, on trouve encore, à 11h30, le recueillement sur la tombe d’Eloi Machoro. Dans ces conditions, on voit mal comment Jean-Jacques Brot ne pourrait pas être au courant de cette étape prévue, programmée et avalisée.

ProgrammeHcCanala

Or, après avoir annulé ce déplacement, qu’a dit le Haut-commissaire ? D’abord qu’on lui avait imposé ce recueillement dont il ne voulait pas. Vous avez dit bizarre ? Un peu plus tard, sur les ondes de Radio Djiido, le 21 février, le représentant de l’Etat est encore plus prolixe sur le sujet, d’autant qu’un clash a eu lieu avec Gilbert Tyuienon lors de la réunion collégiale du gouvernement. «  J’attendais qu’il vienne spontanément vers moi comme je le croyais, pour présenter ses excuses, puisqu’il m’a quand même fait une offense et fait perdre la face, en introduisant subrepticement dans le programme de Canala, où je devais me rendre le 12 février, une escale imprévue, inopportune et impraticable, sur la tombe d’Eloi Machoro. » Subrepticement, cela peut signifier clandestinement ou encore furtivement… Comment le représentant de l’Etat, qui n’a pas hésité à déclarer, sur cette même radio, qu’« un préfet ça ment pas, c’est payé pour appliquer la vérité », peut-il tromper son monde à ce point ? Depuis le 7 février, soit cinq jours avant cette visite à Canala, le recueillement sur la tombe d’Eloi Machoro était clairement écrit dans son programme. Sauf à croire qu’il n’a pas été mis au courant, ce qui est peu probable, force est de constater que M. Brot joue un drôle de jeu dans cette affaire.

Le malaise était tel d’ailleurs, à la suite de sa décision d’annuler ce déplacement, que la subdivision du Nord et le cabinet du Haut-commissariat ont appelé la mairie de Canala, le 13 février, pour s’excuser. A l’heure où les soutiens pour le maintien du représentant de l’Etat se multiplient, alors que certains le gratifient de toutes les qualités et n’hésitent pas à le qualifier d’intègre, nous ne pouvons, une fois encore, qu’émettre de nouveaux gros bémols dans ce vaste concert de louanges. Toujours sur les ondes de Radio Djiido, M. Brot avait prévenu : « Il ne faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. » On peut aujourd’hui lui rétorquer : « Faut-il pour autant prendre les Calédoniens et les Kanak pour des benêts ? »

Th. Squillario