Ce que vous avez manqué ces deux derniers jours

Ce que vous avez manqué ces deux derniers jours

L’interview de Didier Julienne au sujet de l’usine du Sud

La Province sud entend assumer toutes ses responsabilités

Des Bleus en demi-teinte

Les lourds enjeux du gouvernement

Quand Wamytan laisse Dang sans voix

Avec ou sans Lazare ?

L’autosatisfaction de Martin

Wamytan nous en dit plus sur son projet minier

Cette Histoire qu’il ne faut pas occulter

Saint-Louis : le calme après la tempête…

Saint-Louis : le calme après la tempête…

La réunion organisée mercredi à la Maison commune a visiblement apaisé les esprits les plus échaudés. Plus de 400 personnes étaient là pour échanger, s’expliquer et tenter de mieux se comprendre.

Après quatre jours de heurts, l'apaisement semble de rigueur du côté de Saint-Louis.

Après quatre jours de heurts, l’apaisement semble de rigueur du côté de Saint-Louis.

Il a fallu un certain temps, hier mercredi après le début de la réunion regroupant les chefferies du Mont-Dore, de Saint-Louis, de l’île Ouen et de Goro, pour que les discussions puissent s’engager dans un climat serein. En effet, les nombreux jeunes présents étaient sur des charbons ardents, toujours aussi déterminés et vindicatifs. Les coutumiers présents, parmi lesquels Roch Wamytan (pour Saint-Louis) et Aldo Moyatea, le fils de Robert (pour le Mont-Dore), ont d’abord rappelé les faits et le sens de cette décision d’accorder un délai de deux mois pour une remise à plat totale pour l’usine du Sud.

Sans doute que cette explication, les yeux dans les yeux, a permis à chacun de mieux appréhender la situation car « les jeunes n’avaient pas compris ce délai, ils ne voyaient pas les choses comme ça », nous a expliqué Aldo Moyatea. De plus, les coutumiers ont insisté sur le fait que ce n’est pas en caillassant les voitures ou en tirant sur les gendarmes, donc en se mettant à dos la population, qu’on trouve des solutions. Visiblement, une majorité de jeunes a bien perçu ces messages, même s’il y a toujours cette crainte de quelques irréductibles prêts à continuer sur cette même ligne belliqueuse. Aujourd’hui, le calme semble s’installer à Saint-Louis où le mot d’ordre est désormais de donner une information juste et correcte à tout le monde. Il était temps…

Th. S.

Saint-Louis : rendez-vous important demain

Saint-Louis : rendez-vous important demain

Dans le milieu de la matinée, demain mercredi, une réunion est prévue entre les chefferies du Mont-Dore – avec Robert Moyatea – et de Saint-Louis – avec Roch Wamytan –, entrevue au cours de laquelle doivent se retrouver les coutumiers et les jeunes qui demandent tant à être écoutés et qui ne s’estiment pas vraiment entendus, depuis quelques jours, dans cette crise générée par cette décision des coutumiers du Sud d’accorder un délai de deux mois à Vale NC.

De la tournure de ce rendez-vous dépendra sûrement la suite des événements. Si les « vieux » parviennent à bien se faire comprendre, l’apaisement pourrait être envisageable. Dans le cas contraire, alors même que des jeunes venus d’autres communes se greffent désormais au groupe issu de la tribu de Saint-Louis, on voit mal comment les choses pourraient s’arranger. De plus, dans le contexte actuel si précaire, il en faut très peu pour allumer de nouvelles mèches…

Eric Gay, un maire à la hauteur en ces jours de crise sur le Mont-Dore.

Eric Gay, un maire à la hauteur en ces jours de crise sur le Mont-Dore.

Ce mardi 27 mai, Eric Gay a démontré qu’il était un homme de terrain, courageux et prêt à tout pour tenter de trouver des solutions. Le maire du Mont-Dore a été si souvent critiqué lorsqu’il commettait quelques écarts qu’il est nécessaire, quand les circonstances l’imposent, de saluer sa bravoure et son sang-froid. Même au sein de la tribu de Saint-Louis, où il s’est rendu, les Kanak et les coutumiers ont apprécié de le voir, soucieux de préserver l’intérêt général, à l’écoute de tout son monde. Comme tant d’autres, Eric Gay, plus inquiet que jamais, compte sur cette réunion de demain pour éclaircir enfin l’horizon.

Th. S.

Nouvelle mandature… Nouveau look

Nouvelle mandature… Nouveau look

Cette élection du nouveau bureau du Congrès, ce vendredi 23 mai, a permis de revoir des têtes connues mais aussi de nouveaux visages arpentant pour la première fois l’hémicycle du boulevard Vauban. Première tendance, dans le registre vestimentaire, si les non-indépendantistes avaient tous sortis les costumes, du côté de la gent masculine, force est de constater, côté indépendantiste, des tenues moins strictes, à l’exception notable de Roch Wamytan qui portait une cravate.

Nicole Robineau, la doyenne de ce nouveau Congrès, aurait pu nous jouer un remake de la montée des marches de Sharon Stone – tout de rouge vêtue – hier lors du festival de Cannes, mais elle a préféré, sur les conseils de sa fille, une apparence plus traditionnelle et mesurée pour ce rendez-vous. En fait, la surprise est surtout venue de Paul Néaoutyine, avec nouvelle coupe de cheveux très courts, et un accoutrement digne des Fidjiens. Un choix capillaire justifié par le début de cette « nouvelle mandature, pour être plus aéré ». Il y a une semaine, déjà, l’UC-FLNKS pouvait penser que le président réélu de la Province nord ne manquait pas d’air. Aujourd’hui, chacun a pu constater que Paul Néaoutyine peut également ventiler et imprimer sa marque. Voilà qui promet…

Th. S.

Vers un recours en annulation dans le Sud

Vers un recours en annulation dans le Sud

Au soir des résultats du scrutin des provinciales, dans notre premier compte-rendu de cette élection majeure, nous avions conclu qu’il subsistait une lourde inconnue et nous nous demandions si les indépendantistes n’allaient pas déposer un recours en annulation eu égard à un corps électoral qu’ils considèrent comme non sincère… Trois jours après, ce doute est levé puisque de nombreuses sources, du côté de la liste conduite par Roch Wamytan en Province sud, laissent entendre que cette démarche sera bientôt effective et qu’elle devrait être rendu publique demain, jeudi 15 mai.

Sans surprises, au vu des résultats et des scores très serrés avec l’UCF et le FPU, le monde indépendantiste, réuni hier à la tribu de Saint-Laurent, estime donc, fort de ces doutes confirmés sur la composition de la liste spéciale, qu’il dispose d’arguments solides pour obtenir gain de cause et effectuer, dans quelques mois, un nouveau tour de scrutin provincial. En 2009, les élections de la Province des îles de mai avaient été annulées et le second scrutin avait eu lieu en décembre, soit sept mois après. Sera-ce de nouveau le cas, pour le Sud cette fois, en 2014 ? Il reste bien évidemment à connaître la nature des requêtes de la liste unitaire de Roch Wamytan pour mieux apprécier le bien-fondé de cette nouvelle posture.

Th. S.

Calédonie ensemble sur sa lancée

Calédonie ensemble sur sa lancée

La liste conduite par Philippe Gomès sort largement en tête de ce scrutin provincial dans le Sud. En net recul par rapport à 2009, le Front pour l’unité n’a pas profité de l’apport de l’Avenir ensemble et devance de peu l’Union pour la Calédonie dans la France et la liste unitaire indépendantiste. Hiérarchie…

 

Le sondage TNS dont nous avions parlé il y a quelques jours n’était donc pas très loin de la réalité électorale qui vient de s’établir ce dimanche 11 mai à l’issue du scrutin en Province sud. Calédonie ensemble termine en effet largement en tête, avec plus de 36% des suffrages, devant un trio regroupé dans un mouchoir de poche : le FPU (19,88%), l’UCF (18,35%) et la liste unitaire indépendantiste (18,13%). Un résultat sans réelle surprise qui confirme les précédents scrutins calédoniens, qu’il s’agisse des législatives de 2012 ou des municipales de mars dernier.

Le parti de Philippe Gomès poursuit donc sa progression pendant que le Rassemblement s’étiole encore plus au contact de la nouvelle concurrence de l’Union pour la Calédonie dans la France. En scrutant de plus près les résultats dans de nombreuses communes, on s’aperçoit également que l’Avenir ensemble n’a pas apporté grand-chose à Cynthia Ligeard. Autre conclusion attendue avec le score de la liste unitaire indépendantiste menée par Roch Wamytan qui atteint ses objectifs en terme de voix.

Bien évidemment, le verdict de ce scrutin laisse présager de toutes les éventualités jusqu’au vendredi 16 mai, date de l’élection du président de la Province sud. Lors de son meeting de clôture à la salle Venezia, Philippe Gomès avait évoqué cette main qu’il fallait tendre, il reste maintenant à savoir comment cette invitation va se traduire. Cynthia Ligeard et Gaël Yanno ont déjà fait savoir qu’ils étaient sur la même longueur d’ondes. Mais sur quel minimum vital politique ? Là est toute la question, d’autant que de lourdes divergences existent entre Calédonie ensemble et ses deux rivaux appelés à devenir d’éventuels partenaires… On pense bien évidemment au nickel, mais il y a de nombreux autres sujets qui les divisent. Autre lourde inconnue : les indépendantistes vont-ils demander l’annulation de ce scrutin eu égard au corps électoral qu’ils considèrent comme non sincère ?

Th. S.

Réformes et décolonisation des esprits au programme de Wamytan

Réformes et décolonisation des esprits au programme de Wamytan

Lors du grand meeting de clôture de la liste unitaire indépendantiste, jeudi 8 mai à la salle Veyret de Rivière Salée, le président du Congrès a rappelé les grandes lignes des actions à venir. Panorama…

Des drapeaux et un nombreux public dans une salle Veyret surchauffée.

Des drapeaux et un nombreux public dans une salle Veyret surchauffée.

Si, à quelques kilomètres de là, dans la salle Venezia du Nouvata, Philippe Gomès a indiqué que la solution consensuelle du Rassemblement était morte, Roch Wamytan, dans une salle Veyret bien remplie et colorée, a clairement laissé entendre, lui, qu’il n’y aura pas de troisième accord. Une façon comme une autre de répondre à celles et ceux qui évoquent cette perspective comme une divine planche de salut.

Présent aux côtés de tous ses colistiers vêtus de jaune – une couleur également utilisée par Paul Néaoutyine (UNI) dans le Nord –, la tête de liste « Pour une nation arc en ciel » a donc parler des incontournables référendums de l’Accord de Nouméa, ouvrant même la discussion, l’espace de ce meeting, sur « le double passeport » sans oublier les compétences régaliennes.

« Décoloniser dans sa tête »

Pour rebondir sur un des sujets d’actualité de ce jeudi 8 mai, Roch Wamytan a mis en parallèle les morts Kanak de la Guerre et la mise en berne du drapeau indépendantiste par le maire de Farino. « Où est le destin commun ? »… Visiblement, sur certains points, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Et pas seulement sur le terrain, mais également dans les esprits. Ainsi, évoquant également la désindexation, sur un ton plutôt humoristique, le président du Congrès a indiqué qu’il fallait « d’abord décoloniser dans sa tête ».

En résumé, le Grand chef de Saint-Louis a délivré un message politique conforme aux aspirations unitaires délivrées tout au long de cette campagne. Des grandes réformes connues – mais qui restent à être mises en œuvre – à l’ouverture sur le marche commun mélanésien du Fer de lance, tout en préservant ce qui marche, Roch Wamytan a fait l’inventaire des priorités de son camp pour cette dernière mandature de l’Accord de Nouméa. Que ce soit en Province sud, là où il se présente, ou à l’échelle du pays, là où les indépendantistes veulent de plus en plus compter.

Th. S.